Home / Actualité / Echos de nos régions / A peine élu, Kabinet Cissé rassure : « il faut que la CENI se réconcilie avec le peuple de Guinée »

A peine élu, Kabinet Cissé rassure : « il faut que la CENI se réconcilie avec le peuple de Guinée »

Fraichement élu ce mardi 26 mai 2020 par 16 commissaires sur 17 à la tête de la commission électorale nationale indépendante (CENI), à l’issue d’une plénière de l’institution, Kabinet Cissé s’est montré rassurant. Issu des rangs de la Société Civile guinéenne, il a affiché sa volonté de réconcilier l’institution qu’il dirige désormais avec le peuple.

D’abord, devant le ministre d’Etat, en charge des relations avec les institutions républicaines, le nouveau président de la CENI a remercié ses pairs pour la confiance placée en sa personne pour diriger l’organe électorale. Ensuite, il rend un hommage mérité à son prédécesseur, M. Salif Kébé, décédé le 17 avril dernier des suites de Coronavirus, à Conakry.

« Je suis plus un homme d’actions qu’un homme de discours. Je promets d’être à l’écoute de tous sans exception. Je vais toujours me référer à la loi. La loi va être notre boussole. Le serment que nous avons prêté devant la cour constitutionnelle, je voudrais demander à chacun de nous de le respecter devant le peuple de Guinée » jure Kabinet Cissé devant la presse.

Dans les mois à venir, le nouvel homme fort de la CENI est conscient du travail qui l’attend. C’est pourquoi, il parle de deux chantiers prioritaires. « Le premier, c’est la réconciliation de la CENI avec elle-même, mais aussi avec le peuple de Guinée, tous les acteurs du processus électoral. Je veux parler des partis politiques, de la société civile, des partenaires techniques et financiers ainsi que l’Etat qui est un partenaire incontournable du processus électoral » rassure l’ancien président de l’initiative pour la prospective économique et le développement durable (IPED) et ex-directeur exécutif du Centre du commerce international pour le développement (CECIDE), qui ajoute qu’« il faut que la CENI se réconcilie avec le peuple de Guinée. Je m’engage à aller dans ce sens ».

« Le deuxième chantier, c’est d’organiser la présidentielle dans les meilleures conditions. L’expertise et le patriotisme devraient guider tous les commissaires pour que nous puissions réussir cette mission », a-t-il lancé dans la foulée.

L’élection de Kabinet Cissé intervient à 5 mois de la présidentielle guinéenne. Pourtant, la Guinée, à l’instar de plusieurs pays africains et du monde, reste durement frappée de plein fouet par la pandémie de Coronavirus. Plus de 3.000 cas de contaminations sont enregistrés à ce jour par l’ANSS. C’est dans ce contexte que la tenue des élections présidentielles en octobre prochain divise pour le moment la classe politique. Si d’aucuns militent pour un report, d’autres par contre exigent la tenue cette année, des ces élections, pour renouveler l’exécutif, qui est à son deuxième mandat. Pendant ce temps, l’ONU, la CEDEAO et l’UA, invitent les acteurs politiques à un dialogue inclusif sur la possibilité ou non d’organiser des scrutins en 2020.

L’adoption de la nouvelle constitution rejetée par l’opposition et le FNDC, permet, il faut le relever, au président sortant Alpha Condé, de se représenter pour un troisième mandat. Jusque-là, l’opposant historique n’a toujours pas officialisé s’il sera candidat ou pas.

A suivre…

Madiou

Ceci pourrait vous interesser

Guinée : malgré son interdiction, l’UFDG et ses alliés maintiennent leur manifestation…

Le bras de fer est inévitable en Guinée entre l’opposition qui dénonce les arrestations, tueries ...