Home / Actualité / Sékhoutouréya / Alpha Condé met en garde : “tout voyage d’un ministre…”

Alpha Condé met en garde : “tout voyage d’un ministre…”

Le président de la République a mis en garde mercredi soir ses ministres. En marge d’une cérémonie de présentation du SAFIG, –un instrument de lutte contre la fraude et l’évasion fiscale–, qui a eu lieu au palais Sékhoutouréya, Alpha Condé a envoyé un message fort à l’équipe dirigée par Ibrahima Kassory Fofana, en ce qui concerne la gestion des budgets.

Selon le chef de l’Etat, désormais, tout voyage d’un ministre qui n’a pas été programmé deux ou trois mois avant, n’aura nullement lieu. Pour Alpha Condé, la reforme des nouvelles technologies va permettre à la Guinée, de faire d’énormes  progrès dans la maîtrise et dans le changement .

”Mais le plus important, c’est le changement de mentalité. Je sais que c’est difficile à accepter.  Parce que j’apprends que les ministres disent maintenant que les Ministères sont devenus des monastères. Mais personne n’est obligé d’être ministre. S’il est sûr que c’est un monastère, il peut démissionner, parce que évidement on confond le budget. Des ministres disent c’est dans mon budget, mais le budget c’est une prévision, si c’est dans votre budget et qu’il n’y a pas de ressources, mais vous ne pouvez pas“, a lâché le président Alpha Condé, devant son premier ministre, et plusieurs partenaires de la Guinée.

“Le ministre va prendre du billet dans une agence de voyage etc. Et puis on retrouve à manger notre blé en herbe c’est-à-dire en 2021, qu’on a payé les arriérés de 2020, tout cela est fini. Tout voyage d’un ministre qui n’a pas été programmé deux ou trois mois avant, n’aura pas lieu, parce que tous les billets seront pris au niveau des compagnies. Quand vous prenez un billet deux ou trois mois avant, ça vous coûte 30% moins cher au moins”, prévient le locataire du palais Sékhoutouréya dans un langage direct.

Sur la question du carburant, Alpha Condé assure que c’était un trou. Les bons d’essence servait plutôt à autre chose ajoute-t-il.

”Les bons servaient à autres choses. On prend les bons de 20 mille on va à la station, on leur offre 5 mille et les 15 mille on se partage avec le pompiste. Tout cela, c’est fini, parce que désormais, chaque mois, les ministres, on met à la disposition un certain montant, que les ministres doivent savoir, donc, le budget n’est qu’une prévision”, met-il en garde.

A suivre…

Alpha DAF

Ceci pourrait vous interesser

Non ! Tout n’est pas mauvais dans l’industrie littéraire guinéenne

La devise de la littérature s’adapte à son époque. Faites de la critique mais pas ...