Home / Actualité / Politique / Discours d’ouverture de campagne du candidat Cellou Dalein Diallo : ‘’Je m’y reconnais, je m’engage’’

Discours d’ouverture de campagne du candidat Cellou Dalein Diallo : ‘’Je m’y reconnais, je m’engage’’

L’allocution de lancement de campagne du Président Cellou Dalein Diallo, prononcée le 2 octobre 2020, a le mérite d’être à la fois pertinente, complète émouvante.

De la réconciliation nationale à la crise constitutionnelle/institutionnelle dans le pays, en passant par la réforme de la Justice et des Forces de maintien d’ordre, la moralisation de la gestion publique, la modernisation des infrastructures et de l’agriculture, la maîtrise de la chaîne de valeurs dans l’exploitation minière et la protection de l’environnement, la sécurité sociale et l’accès des pauvres aux services sociaux de base, la  prise en compte des handicapés et de la  voix des Sages, tout y est. Rien n’a été occulté.

L’adresse présente un ensemble de préoccupations et d’attentes des populations guinéennes, clairement identifiées, correctement analysées; à l’appui d’une approche de résolution des problèmes suffisamment raisonnée et appropriée. En somme, l’esquisse d’un programme de société répondant à l’essentiel des besoins réels et objectifs de la nation, vers un vivre-ensemble plus harmonieux, un mieux-être matériel, psychologique et spirituel.

De cet ensemble de desiderata aussi cruciaux et pressants les uns que les autres, la question de la réconciliation nationale semble être de loin le plus imminente et la plus prioritaire. A ce titre, elle mérite qu’on s’y arrête particulièrement. Et c’est tout à l’honneur du Président Cellou d’en faire le premier point de son plan de refondation de la nation.

Depuis la période précoloniale, la Guinée a connu une histoire sociale et politique à la fois glorieuse et tumultueuse. Les inter-relations politiques de la dernière décennie l’ont rendue davantage plus agitée, en raison de la stratégie du ‘’diviser pour régner’’ dont la gouvernance actuelle s’est servie pour conquérir et conserver le pouvoir.

La mise en place de la commission Provisoire de Réconciliation Nationale (CPRN) en 2011 avait suscité un énorme espoir chez les victimes d’exactions, leurs familles et leurs proches; ainsi que chez  tous ceux qui appréhendent l’impunité comme le facteur principal qui plombe l’évolution et le développement de la Guinée.

Le travail de la CPRN, sanctionné par un rapport de très haute qualité a recueilli l’appréciation de la Communauté Internationale; en particulier celle du PBF (Fonds de Consolidation de la Paix), bailleur de fonds du processus de Consultations Nationales qui a mené audit rapport, ainsi que le PNUD et le HCDH qui en ont été les partenaires techniques.

Le rapport a été officiellement remis au Président de la République en juin 2016. Il met en lumière l’adhésion massive des populations au projet de réconciliation nationale. Sa recommandation principale a été la mise en place d’une instance Vérité/Justice/Réparation par la voie législative.

Le processus de réflexion conduit par le Grand Imam de la Mosquée Fayçal et l’Archevêque de Conakry, Coprésidents de la CPRN, a évolué en dernière instance sous les auspices de la Primature jusqu’à l’élaboration d’un Avant-Projet de Loi de création de la Commission Nationale de réconciliation attendue. Depuis, c’est l’omerta bouche cousue. Allez savoir pourquoi.

La réconciliation n’a jamais été une priorité pour la gouvernance actuelle. Au contraire elle trouve son compte dans la désunion des populations et l’opposition des communautés les unes aux autres pour s’assurer un pouvoir à vie au mépris de la paix sociale et du développement de la nation.

Que le Président Cellou s’avise de faire de la question de la réconciliation nationale sa priorité, est chose louable. Les amoureux de la paix et les patriotes soucieux de sortir le pays de l’ornière se doivent de le soutenir, le porter au pouvoir pour le plus grand bien de la Guinée et des guinéens.

Dieu est au contrôle. Puisse-t-Il enfin intervenir en faveur de la paix en Guinée et de la délivrance de ses filles et fils. Aameen !

Sény Facinet Sylla
Ex. Secrétaire Général Adjoint
des Affaires Religieuses

Ceci pourrait vous interesser

Présidentielle 2020: les États-Unis aussi doutent de la crédibilité des résultats proclamés par la CENI

Après l’Union Européenne et la France, qui ont émis de sérieux doutes quant à la ...