Home / A la une / Education / Education : pourquoi faut-il éviter une année scolaire blanche ? (Aboubacar Mandela Camara)

Education : pourquoi faut-il éviter une année scolaire blanche ? (Aboubacar Mandela Camara)

En Guinée, l’année scolaire 2019-2020 a été fortement perturbée en raison de la série de grèves déclenchée par le SLECG d’Aboubacar SOUMAH, des manifestations sociopolitiques, des élections couplées (législatives et référendum), mais aussi et surtout, de la pandémie de COVID-19.

Nonobstant cela, le gouvernement a ordonné la reprise progressive des cours en commençant par les classes d’examen (CM2, 10e A et Terminale).

Nombre d’observateurs estime, par ailleurs, qu’une année blanche serait salvatrice pour éviter, dit-on, de bâcler la formation des élèves et étudiants jugée déjà très faible.

Quand à nous, nous nous posons les questions ci-après :

-Qu’est-ce qu’une année scolaire blanche ?

-Quelle différence y a-t-il entre une année scolaire blanche et une année scolaire invalide ?

-Quelles sont les causes réelles d’une année scolaire blanche ?

-Quelles en sont les conséquences ?

Autant de questions qui méritent d’être examinées avec minutie.

Comme nous l’apprend-on sur le site www.samabac.com, une année scolaire ou universitaire est dite blanche lorsque ses enseignements et activités annexes sont entièrement ou partiellement invalidés pour des raisons multiples et diverses.

Une année blanche comme une année invalide signifient l’invalidation des enseignements, mais les deux diffèrent de par leurs conséquences.

Quand une année est invalide, les étudiants en subissent les conséquences dans la mesure où les passants redoublent leur classe et ceux qui sont en position de cartouche sont exclus.

Dans le cas d’une année blanche, c’est le statu quo : tout le monde reprend. Mais, il n’y a aucune répercussion sur le cycle. Celui qui est en première année par exemple reprend l’année sans être un redoublant, de même que le cartouchard.

Les causes d’une année scolaire blanche peuvent être multiples dont, entre autres :

-la déliquescence totale du système éducatif ;

-la crise de confiance, de leadership et de management des ou entre les acteurs ;

-l’incapacité notoire des différents acteurs à s’entendre sur l’essentiel, etc.

Parlant des conséquences d’une année scolaire blanche, nous pouvons noter, parmi tant d’autres :

-le retard énorme et non rattrapable (perte d’une année scolaire entière, décomptée lorsqu’on veut se faire recruter à la fonction publique ; limite d’âge de recrutement) ;

-l’aggravation des inégalités sociales et de réussite en milieu scolaire ;

-l’abandon scolaire

-le mariage précoce et ses corolaires de malheurs, le mariage forcé, les mutilations génitales féminines dont l’excision, le viol ainsi que les grossesses non désirées ;

-l’exploitation des enfants ;

-l’exode rural et l’immigration clandestine ;

-l’accentuation de la délinquance juvénile, la consommation abusive des stupéfiants et le banditisme ;

-la débauche (prostitution des jeunes filles) ;

-la mobilité professionnelle des enseignants, surtout du privé et ceux communautaires ;

-la fuite des cerveaux et des capitaux à travers le départ massif des jeunes de familles nanties, de certains enseignants et encadreurs vers les pays voisins et l’étranger (Europe, Amérique,…) ;

-la crise d’enseignants à la reprise ;

-le chômage et la précarité ;

-les pertes économiques très énormes (dépenses engagées par les familles, l’Etat, les PTF,…), etc.

En fin, force est de reconnaitre qu’une année scolaire blanche engendre des conséquences très énormes tant bien pour les familles, les élèves ou étudiants, l’Etat que les partenaires techniques et financiers (PTF).

L’éducation étant, donc, un droit humain fondamental et un objectif central des ODD, nous avons tous intérêt d’œuvrer pour sauver notre pays d’une telle situation désastreuse.

Aboubacar Mandela CAMARA

Sociologue/Consultant en éducation/Auteur

Ceci pourrait vous interesser

Guinée : Alpha Condé reconduit  »encore » l’état d’urgence, le couvre-feu reste maintenu pour le Grand Conakry (Adresse à la nation)

Guinéennes et Guinéens, Chers compatriotes,  Cinq mois se sont écoulés depuis l’apparition du premier cas ...