Home / Actualité / Ministère des Sports / Kindia : le ministre Bantama s’engage dans une opération de récupération d’un domaine de l’État à “Tabili”

Kindia : le ministre Bantama s’engage dans une opération de récupération d’un domaine de l’État à “Tabili”

C’est un domaine de l’État acquis depuis les années 2000, que le Ministère en charge des Sports entant récupérer pour le sécuriser. Long de 15 hectares selon certains, alors que d’autres parlent de 10, ce domaine a été choisi pour la construction de l’institut national des Sports et de la Jeunesse. Ce dimanche, en route pour Conakry après la retraite de Kindia, le ministre d’État, en charge des Sports et sa suite ont fait escale au district de Tabili. Une localité qui se situe entre les préfectures de Kindia et Coyah.

Cette visite inopinée du Ministre d’Etat sur le site de Tabili qui abritera l’institut national des sports, consistait à voir de visu l’occupation anarchique du domaine par certains habitants de la localité, en complicité avec des responsables locaux.

Ce domaine est purement historique. Quand la Guinée était engagée pour réaliser des infrastructures surtout le regroupement de nos équipes nationales, ça posait beaucoup de problèmes, se rappelle Abou Cissé,  cadre du Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Culture.

‘’L’arrivée d’une équipe au département en 2000, feue Hadja Koumba Diakité à l’époque ministre de la Jeunesse et des Sports avait identifié ce site pour en faire un centre de développement Sportif. C’était deux domaines : Ici et Dalaba. Donc on est venu pour la reconnaissance. Mais quand vous rencontrer dans les villages, les bornes étaient des manguiers. Regardez, vous-même vous voyez les manguiers alignés. Et jusque-là où se trouve la Case avec une toiture rouge là, il y a une limite principale parce que vous avez un projet ‘’le troisième eau’’ qui est derrière le domaine du Ministère. Quand vous allez en profondeur, vous allez trouvé les bornes. A l’époque quand vous venez à Tabili, vous allez trouvé la CASE, la Case là, pas autres infrastructures, il n’y avait rien de l’autre côté. La limite ici, on a demandé les rails, parce qu’on ne pouvait pas. On avait demandé derrière. Mais les installations qui étaient là ont été détruites même par la population. Sinon, il y a une station de pompage ici, tous les bâtiments étaient fonctionnels, mais pour conserver ce domaine, quand le ministre Baïdy Aribot est venu ici, il a dit : Ecoutez on ne peut pas abandonner, on va faire un cadre national des Scouts. C’est ce qui fait que les Scouts sont là. Et, c’est eux qui ont quand même gardé tout ce qui est fermeture et ouverture du bâtiment. C’est un domaine de 15 hectares et non 10 hectares. Je mets en faux ceux qui ont déclaré 10 hectares. C’est que c’est dix hectares qui sont en profondeurs, mais quand vous prenez les extrémités, vous allez retrouvé les 5 hectares. Je pense que les services de l’État feront l’objet, c’est un domaine qui est réservé pour la construction des infrastructures sportives, et ça c’est depuis 2000, quand Koumba est venue au département’’ a laissé entendre ce témoin des faits.

Les jours à venir, les services du département des Sports vont travailler avec ceux de la Ville et de l’aménagement du territoire. Les échanges vont essentiellement porter sur comment situer les faits et récupérer les domaines occupés, appartenant à l’État.

‘’Au cours de la semaine, nous allons amener une équipe ici pour délimiter parce qu’il y a de la contradiction. Certains disent que les bornes existaient par là, d’autres disent non, c’est de l’autre côté. Mais comme il y a des documents qui existent depuis longtemps, et qui sont à la disposition du Ministère de la Ville et de l’aménagement du territoire, les techniciens vont travailler là-dessus. Je l’ai dit tout à l’heure, personne ne sera brimée, personne ne sera accusée, mais personne ne va s’approprier des biens de l’État. Donc, nous allons récupérer ce qui appartient à l’État et nous allons le sécuriser. Nous ferons tout pour réaliser l’institut, mais si nous n’aurons pas les possibilités de le faire, nous allons le Sécuriser pour permettre à la génération à venir, d’avoir un espace sur lequel ils vont réaliser l’institut’’, a prévenu le ministre d’État, ministre des Sports, Sanoussy Bantama Sow, qui ajoute ensuite que l’État est une continuité.

‘’On apprend que depuis au temps de Madame feue Koumba Diakité, ancienne ministre de la Jeunesse et des Sports, qu’on avait retenu ce domaine pour le camp de jeunesse et des Sports. Après elle, tous les ministres qui sont passés ont retenu le coin. Et d’ailleurs, le domaine a été acheté par le Ministère de la Jeunesse et des Sports. Aujourd’hui, pour le développement des Sports, on ne peut pas se hasarder à faire les choses comme des analphabètes. Le Sport s’est développé, il doit quitter la rue pour l’école. A cet effet donc, nous avons retenu ici, pour construire l’institut national des Sports et de la Jeunesse. L’institut existe dans presque tous les pays d’Afrique, en Côte d’ivoire, au Sénégal, partout, sauf en Guinée. L’institut qui existe aujourd’hui en Guinée, n’existe que par le nom. Donc il faut le réhabiliter’’ a annoncé le ministre Sow.

Des discussions avec l’AFD…

‘’Nous sommes déjà en discussions avec l’AFD depuis quelques mois pour réhabiliter l’institut national des Sports et de la Jeunesse de Guinée. Mais nous ne pouvons y arriver si on a pas un domaine où nous pouvons le réaliser. Donc, le domaine de Tabili sera le domaine où nous comptons réaliser l’institut national des Sports et de la Jeunesse. J’ai dit tout à l’heure au président du district ici, que ce qui appartient à l’État restera toujours à l’État. Même si nous, on ne le récupère pas aujourd’hui, demain celui qui viendra va récupérer ce domaine. Pour cela, nous demandons à toutes les autorités du district de Tabili et au sous-préfet, de tout faire pour nous aider à sécuriser  ce qui appartient à l’État, surtout ce qui appartient à la Jeunesse et aux Sports. L’avenir appartient à la jeunesse, je l’ai dit hier à Kindia, si nous voulons éloigner nos jeunes de la délinquance, de l’alcool et de la drogue, nous devons avoir des espaces de rencontre pour les jeunes. Nous devons avoir des espaces où les jeunes vont être éduqués et formés. Donc cet espace, doit être une grande école pour le Sport et la Jeunesse. Vous savez, le sport, les gens pensent que c’est juste le ballon, pourtant il y a d’autres disciplines qu’on retrouve dans le Sport. Nous ferons tout pour que cette école soit réhabilitée’’, a promis le patron du département en charge des Sports, par ailleurs président du comité d’organisation da CAN 2025.

A suivre…

Alpha Madiou BAH

Ceci pourrait vous interesser

Transition, Chute d’Alpha Condé : Une nouvelle mission de la CEDEAO attendue ce vendredi à Conakry 

Une nouvelle mission de la CEDEAO est attendue ce vendredi 17 septembre 2021, à Conakry. ...