Home / International / Afrique / La France et la Côte d’Ivoire relancent le projet d’académie antiterroriste

La France et la Côte d’Ivoire relancent le projet d’académie antiterroriste

Emmanuel Macron poursuit sa visite de 48h en Côte d’ivoire. Au programme ce samedi: un tête-à-tête avec Alassane Ouattara. Les deux présidents doivent aussi relancer le projet d’Académie internationale de lutte contre le terrorisme de Jacqueville près d’Abidjan, en partie financée par la France, et qui vise selon Paris à faire à terme de la Côte d’Ivoire, le lieu où va « s’élaborer une stratégie régionale de lutte contre le terrorisme ».

Objectif de cette académie: former dans un même lieu l’ensemble des acteurs de haut niveau impliqués dans la réponse à la menace terroriste. C’est-à-dire aussi bien des forces spéciales, que des juges, des magistrats, ou encore des spécialistes du renseignement. Et ce pas seulement pour la Côte d’Ivoire mais pour tous les pays de la région du Sahel au Golfe de Guinée. Des pays « demandeurs d’une stratégie collective », selon une source à l’Elysée.

140 stagiaires, issus de neuf pays africains

Ce projet est en gestation depuis plusieurs années et a déjà été lancé une première fois l’an dernier par le ministre français des Affaires étrangères, mais n’a pas décollé depuis faute de moyens. La venue d’Emmanuel Macron doit être l’occasion de signer les derniers contrats et de donner le coup d’envoi des travaux. La livraison des bâtiments est annoncée pour l’été prochain.

Installée dans la petite ville balnéaire de Jacqueville à une cinquantaine de kilomètres d’Abidjan, cette académie devrait comprendre à la fois d’un camp d’entrainement aux techniques de lutte anti-terroriste, une base nautique et un institut de recherche stratégique. En attendant, la Côte d’Ivoire a déjà accueilli cette année, en 2019, dans des locaux provisoires, une première promotion de 140 stagiaires, issus de neuf pays africains: du Tchad au Sénégal en passant par le Bénin, le Burkina Faso et le Mali.

Renouveler et revigorer

Outre la sécurité, la visite d’Emmanuel Macron est axée sur la jeunesse et le sport, deux secteurs qu’il a érigés en priorité pour revigorer les relations entre la France et l’Afrique. En compagnie de l’ex-international ivoirien Didier Drogba, il inaugure samedi une « agora sportive » dans un quartier populaire d’Abidjan, avant de débattre avec des étudiants puis de signer des accords bilatéraux, notamment pour le chantier du métro d’Abidjan. Et de se rendre à Bouaké, où le président français va poser la première pierre du grand marché, symbole du renouveau de la ville.

Rfi

Ceci pourrait vous interesser

Accusations contre Cellou Dalein: l’UDRP parle d’allégations fallacieuses et interpelle la Communauté internationale (Déclaration)

Le bureau exécutif de L’UDRP constate avec regret les allégations fallacieuses et les accusations gratuites ...