Home / Actualité / Syndicat / Le SPPG invite le procureur général près la cour d’appel de Conakry à respecter les limites de ses prérogatives (déclaration)

Le SPPG invite le procureur général près la cour d’appel de Conakry à respecter les limites de ses prérogatives (déclaration)

Le syndicat des professionnels de la presse de Guinée invite le procureur général près la cour d’appel de Conakry à respecter les limites de ses prérogatives et à comprendre qu’au SPPG, la liberté de la presse est non négociable.

En effet, le procureur Charles Whrite s’est référé ce mardi 22 février 2022, au communiqué de la haute autorité de la communication(HAC) pour donner des instructions de poursuites judiciaires contre des journalistes. Il est allé jusqu’à dire citation : « Toutes les personnes dont la HAC a relevé des dysfonctionnements…Nous attendons que la HAC finisse son travail. Mais il y aura des poursuites judiciaires… » fin de citation. Si Monsieur le procureur ne le sait pas, ou s’il l’a oublié, nous lui rappelons que la HAC n’est pas un tribunal de première instance de son ressort dont les procureurs sont placés sous l’autorité du parquet général qu’il dirige.

Par conséquent, Monsieur Charles n’a pas d’instructions à donner à cette instance de régulation des médias en République de Guinée. Aussi, les commissaires de la HAC ne sont pas des OPJ dont les procès-verbaux pourraient être transférés aux procureurs pour des fins de poursuites judiciaires. En clair, il n’y a aucun lien de subordination, encore moins de collaboration officielle entre le parquet général et la haute autorité de la communication.

Nous rappelons à tous les journalistes et à l’opinion publique que monsieur Charles Whrite est ce magistrat qui avait injustement envoyé Lansana CAMARA en prison courant 2019. À l’époque, il a fallu que le SPPG se lève contre cette injustice pour que notre confrère puisse recouvrer sa liberté après plus d’une semaine de détention. Tout porte à croire encore qu’il s’apprête à envoyer d’autres journalistes en prison.

Le SPPG demande donc à toutes ses antennes de l’intérieur du pays et à tous les confrères vivant à Conakry de se tenir en alerte et de rester à l’écoute des consignes du bureau national quant à la conduite à tenir contre d’éventuelles atteintes à la liberté de la presse.

Également, le SPPG demande à la haute autorité de la communication aussi d’être jalouse de son indépendance et de le prouver maintenant là en désapprouvant cette communication de monsieur Charles à qui elle doit rappeler qu’elle n’a pas d’instructions à recevoir de lui encore moins de son parquet général. En le faisant, notre institution de régulation aura réussi à faire taire tout soupçon de connivence avec le procureur au détriment de la liberté de la presse. Car depuis ce mardi 22 février 2022, beaucoup de nos syndiqués de Conakry et des provinces nous interpellent sur l’ordre chronologique et des similitudes constatées entre le communiqué de la HAC publié lundi soir et la sortie de monsieur Charles Whrite faite ce mardi dans la journée.

Le SPPG invite toujours la HAC à éviter prochainement de publier des communiqués liés à des manquements pour lesquels elle n’aura pas situé les responsabilités. Autrement dit, elle doit dire Clairement quels sont les médias ou journalistes qui se seraient rendus coupables de dérives professionnelles pour éviter un effet paralysant sur toute la corporation, portant ainsi atteinte directement ou indirectement au libre exercice de notre métier. Pour finir, nous invitons tous les journalistes à faire preuve de responsabilités dans l’exercice de leur métier. En plus de son rôle de l’amélioration des conditions de vie et de travail de ses syndiqués et la défense de la liberté de la presse, le SPPG reste profondément attaché à la cohésion sociale, à la paix et à la dignité des personnes.

Que les journalistes évitent donc tout propos ou acte de nature à remettre en cause ces valeurs susmentionnées.

Conakry, le 22 février 2022.

Le bureau exécutif du SPPG

Ceci pourrait vous interesser

Guinée, le pays où les espoirs s’estompent brusquement ! (Par Thierno Oumar Diawara)

C’est un secret de polichinelle. Chaque avènement de nouveaux dirigeants à la magistrature suprême de ...