Home / Actualité / Echos de nos régions / Les jeunes de Macenta dans les rues: Des blessés et des dégâts matériels

Les jeunes de Macenta dans les rues: Des blessés et des dégâts matériels

La situation est très tendue dans la ville de Macenta, située à plus de 700 kilomètres au sud de Conakry, la capitale guinéenne. Les jeunes qui réclament du régime d’Alpha Condé des infrastructures (routes, écoles, hôpitaux…), ont encore battu le pavé ce jeudi 3 septembre 2020 pour se faire entendre.

Les jeunes à l’origine à l’origine des protestations ne digèrent surtout pas de voir les voiries de leur ville dans un état de dégradation très poussé. La manifestation a démarré peu avant 11h. Des centaines de jeunes ont commencé à parader dans la ville, comme lors des deux dernières manifestations à partir du quartier Mohamed V. Les manifestants sont munis de pancartes sur lesquelles, on pouvait lire : « Macenta notre priorité » ; « Nos routes rien que nos routes » ; « Les 19 kilomètres à Macenta ».

Seulement voilà ! Quelques minutes après, la marche a été stoppée par les forces de l’ordre. Des flics venus de N’Zérékoré et de Guékédou, selon les manifestants, à bord d’au moins six pick-up, les ont dispersés à coup de gaz lacrymogènes auxquels ils ont répondu par des jets de pierres. Les affrontements se sont finalement transportés dans les quartiers.

« Les jeunes manifestent pour que les 15 kilomètres offerts par le Président de la République soient réalisés. Ils ont fait deux sorties sans incidents. Ce matin aussi, ils ont commencé la manifestation. Arrivés au pont de Zazazia, ils ont été attaqués par les services de sécurité », explique un citoyen de Macenta, interrogé par le Lynx.

Selon ce citoyen, l’attitude des forces de l’ordre aurait poussé les manifestants à s’en prendre aux locaux de la gendarmerie.

« A un moment, les forces de l’ordre ont réussi à disperser les jeunes, mais ces derniers se sont remobilisés au niveau du quartier Mohamed V avec les mêmes slogans. Ils ont vandalisé les portes de la gendarmerie, de la police dont une partie avait déjà été saccagée la semaine passée, par les femmes de Boffossou, sous-préfecture située à 15 kilomètres au nord de Macenta », poursuit-t-il au micro de notre confrère.

Selon nos informations, les dégâts sont énormes.  On dénombre déjà plusieurs blessés. Et, au moins, 3 personnes ont été touchées par des projectiles lors des affrontements. Elles ont été transportées à l’hôpital central de Macenta.

Reveilguinee.info

Ceci pourrait vous interesser

Présidentielle en Guinée: l’UE dit être attachée à la limite à deux mandats présidentiels promouvant le transfert pacifique du pouvoir

Le Haut représentant/Vice-président partage les inquiétudes des autres acteurs de la communauté internationale au sujet ...