Home / Actualité / Echos de nos régions / Promoteurs d’une nouvelle constitution : Où sont passées les plateformes de la société civile membres de la CODENOC ?

Promoteurs d’une nouvelle constitution : Où sont passées les plateformes de la société civile membres de la CODENOC ?

Où sont passées les plateformes de la société civile guinéenne, qui ont fait la promotion d’une nouvelle constitution depuis plusieurs mois ? Alors qu’elles sont une dizaine a intégré les rangs de la Coalition Démocratique pour une Nouvelle Constitution (CODENOC), ces structures ont disparu des radars. Mais comment ?

La question vaut tout son pesant d’or. En effet, toutes ces plateformes, peut-être, certaines à l’exception, ont adhéré à l’idée d’une nouvelle constitution pour s’offrir certains avantages au cas où le projet de nouvelle loi fondamentale arriverait à passer soit par Référendum, soit par l’Assemblée Nationale, par le biais des 2/3 du groupe parlementaire qui sortira majoritaire à l’issue des élections législatives de 2020.

Sauf que, si certaines plateformes émettaient le souhait d’avoir dans le projet de loi fondamentale, la candidature indépendante comme acquis, leur rêve n’était qu’utopique devant les fervents soutiens d’Alpha Condé, qui demandent à tout prix le maintien de leur champion au-delà de ce que propose l’ordre constitutionnel.

Pour preuve, on entend plus de conférence de presse de la Plateforme Nationale de Participation et d’Initiative Citoyenne (PENAPIC). Aucune déclaration n’est publiée depuis un bon moment. Et d’ailleurs, Ahmed Sékou Traoré, le principal acteur de la société civile partisane d’une candidature indépendante lors des élections nationales, n’est plus visible sur le terrain. Son projet semble être avorté par les politiques de la CODENOC, qui, sans ambages, ont eux aussi leurs agendas très cachés.

C’est tout à fait le même scénario avec le Mouvement ‘’Ma Cause’’. Celui-ci encore est porté disparu.

D’où proviennent ces guéguerres ?

En fait, c’est une histoire de sou. Le structures de la société civile se plaignent du non accompagnement des politiques dans leurs campagnes, surtout, lors de l’accueil chaleureux réservé au Président Alpha Condé, à Conakry, après un court séjour passé à l’étranger.

Pour mobiliser, les plateformes citoyennes, en besoin de liquide (billets de banque NDLR), se sont faits dévorer par les politiques sans obtenir un seul franc. Pire, aucun soutien financier ne leur est accordé depuis la création de la Coalition Démocratique pour une Nouvelle Constitution. Ahmed Sékou Traoré et Cie se sont plus que jamais sentis trahi. Et donc, ils s’éclipsent.

Le reste, allez-y demander à Makanera Kaké, Papa Koly Kourouma, Aboubacar Sylla, Jean Marc Telliano, Domani Doré, Saliou Bella Diallo et autres. Les dessous sont profonds.

Dossier à suivre…

Focus Globalguinee.info

Ceci pourrait vous interesser

Mamou: Saliou Kégnèko, son fils Abdoul Sonoco dans la ferveur de la campagne pour la réélection d’Alpha Condé!

Très proche du président Alpha Condé, candidat à sa propre succession à la présidentielle du ...