Home / Actualité / Economie / Restriction des mouvements des biens et des personnes dans l’espace CEDEAO: le GOHA adresse une lettre aux chefs d’Etat

Restriction des mouvements des biens et des personnes dans l’espace CEDEAO: le GOHA adresse une lettre aux chefs d’Etat

Le groupe organisé des hommes d’affaires (GOHA) vient respectueusement attirer votre attention sur la situation que traversent les communautés de la CEDEAO depuis l’apparition de la pandémie du COVID 19 dans notre sous-région.

La restriction des mouvements des biens et des personnes a porté un coup dur sur le niveau de vie et a accru la précarité et la pauvreté. Le taux de rotation des produits et marchandises faiblissant, a ralenti le rythme des affaires. Ceci s’est traduit par une baisse de la demande et une diminution de la croissance. Si une décision n’est pas prise pour rétablir la libre circulation des personnes, les économies ouest-africaines paieront un prix lourd dans les jours à venir.

Pourtant il est possible d’installer aux différents postes frontaliers un système de contrôle sanitaire opérationnel et efficace. Ceci permettrait en outre d’éviter les contournement des postes de contrôle que font actuellement les voyageurs clandestins. Toute chose qui risque d’aggraver les contaminations et la propagation du COVID-19 dans la sous-région.

Le GOHA est prêt à s’impliquer pour l’application strict des mesures sanitaire en cas d’acceptation par votre Excellence de la présente requête.

Le GOHA, comptant sur votre bonne compréhension, reste assurer de votre souci permanent d’œuvrer du mieux que vous le pourrez pour le bien-être des communautés de la CEDEAO.

Dans l’espoir d’une suite favorable, veuillez recevoir Excellence l’expression renouvelée de notre haute considération et de notre profond respect.

Le 06 septembre

Cherif Mohamed Abdallah Haidara

Président du GOHA

Ceci pourrait vous interesser

Dernière minute/Guinée : le Gouvernement réquisitionne l’armée…

Alors que la Guinée fait face à une crise post-électorale sans merci depuis la fin ...