Home / Société / Tatakourou a notre compassion, mais c’est insuffisant !

Tatakourou a notre compassion, mais c’est insuffisant !

 

Comme les taxi-motos à Conakry et les routes de l’intérieur du pays, les mines font encore des morts en Haute Guinée par manque de vision futuriste de la gouvernance communiste hypocrite de notre pays.

Nous compatissons à la douleur du village de Tatakourou et de la ville de Siguiri endeuillés encore par la disparition malheureuse de quinze de nos compatriotes par suite d’éboulement dans une ancienne mine d’or abandonnée sans restauration. Face à l’ampleur des dégâts dans cette région de la Haute Guinée, nos condoléances, compassions et prières semblent ne plus être efficaces pour endiguer ce fléau.

En tant politique, cette situation, comme celle des victimes des motos taxi et de nos routes, nous interpelle tous sur la dangerosité de l’exploitation minière ‘’massive et anarchique’’ dont notre pays se livre depuis 2010 pour justifier une croissance virtuelle exponentielle sans tenir compte de son impact social et futuriste. Elle est néfaste pour nos populations, pour notre agriculture, pour notre économie et pour notre environnement.

En effet, l’éducation est abandonnée par les enfants au profit des mines d’or qui pourvoient au transport et aux primes des passeurs pour l’immigration clandestine. Des terres pour plantations de coton, d’anacarde, de riz, d’arachide, de maïs (qui sont des ressources renouvelables annuellement à exploitation non dangereuse pour les citoyens) sont détruites par l’activité minière d’extraction de l’or, du diamant, de la bauxite et bientôt du fer (qui sont des ressources non renouvelables par prélèvement unique et dangereuse pour la vie des citoyens).

Malheureusement, par manque de travail et perspectives favorables, l’exploitation minière artisanale et l’activité de taxi-moto sont devenues les seules sources de travail et maigres revenues alternatives des diplômés sans emploi malgré le taux hyper élevé du nombre d’accidents mortels dans ces secteurs à risques en milieux ruraux (Haute Guinée) et urbains (Conakry et les autres grandes villes).

Les organisations membres de l’ANAD dans leur programme de gouvernance commune ‘’Unir et Servir’’ choisi par la majorité des guinéens le 18 octobre 2020 sont convaincus que notre unité par alliance permettra rapidement de trouver ensemble une solution durable, futuriste et socialement responsable à cette question de l’hyper-dépendance de notre pays et de sa population au secteur minier.

La souscription aux bons, financements et produits financiers verts par les sociétés minières investissant dans le secteur minier guinéen sera un grand pas pour aider davantage les intervenants. Pour ce faire, nous devons faire de l’alternance et la Démocratie une réalité guinéenne et cela commence par rendre réversible le troisième mandat de M. Alpha Condé conformément à notre consensus national de 2010.

UNAD, Notre union, notre force
ANAD, Unir et servir !

Keamou Bogola Haba 
Secrétaire Exécutif de l’UNAD
Membre de l’ANAD

Ceci pourrait vous interesser

Libération d’Alpha Condé, transition : Nana Akufo-Addo et Ouattara à Conakry…

Une délégation de haut niveau de la Communauté économique des États de d’Afrique de l’ouest, ...