Home / International / Afrique / Transition au Mali: la Cédéao plus que jamais ferme face à la junte au pouvoir

Transition au Mali: la Cédéao plus que jamais ferme face à la junte au pouvoir

La junte au pouvoir au Mali qui s’est rendue mardi à Accra pour rencontrer puis échanger avec la délégation des chefs d’Etat de la CEDEAO, en marge du sommet extraordinaire de l’organisation sous-régionale pour plaider en faveur d’une levée des sanctions économiques infligées à leur pays depuis le renversement du pouvoir d’IBK, n’a pas puis obtenir d’accord au sortir de cette rencontre.

Lors de cette réunion qui s’est tenue à huis-clos, les chefs d’Etat de la CEDEAO n’ont pas accepté les propositions présentées par la délégation menée par le chef de la junte Malienne, Assimi Goïta.

Plus que jamais ferme, alors que la junte n’exclue point une transition de 18 mois, la CEDEAO a réitéré sa demande de nomination rapide d’un président et d’un premier ministre de transition civils.

Pas de levée des sanctions…

L’organisation ouest-africaine n’entend nullement reculer avant la mise en place d’une transition civile. Les sanctions économiques contre le Mali dont entre autres l’embargo sur les flux commerciaux et financiers et la fermeture des frontières avec le pays, seront levées à condition que la junte s’engage à emprunter la voix que lui dicte les dirigeants de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest.

D’ailleurs, selon certains médias français, l’Ivoirien Alassane Ouattara, qui fait aussi face à une contestation dans son pays, a laissé entendre que le Mali ne pouvait pas rester dans cette situation pendant des jours et semaines, souhaitant par ailleurs qu’une solution consensuelle soit trouvée très rapidement, afin d’en finir avec la crise qui divise désormais le M5 et la Junte. Tout comme lui, plusieurs chefs d’Etat ont eu un tête à tête avec la délégation de la junte, dont le guinéen, Alpha Condé.

L’ancien président Nigérian, Goodluck Jonathan, médiateur de la CEDEAO, est de nouveau attendu à Bamako la semaine prochaine pour s’assurer des avancées vers la transition civile du Conseil national pour le salut du peuple (CNSP), dirigé par les militaires.

Reste donc à savoir si la junte, qui bénéficie du soutien du peuple malien, va lâcher du lest face à la pression internationale.

 

Merci de lire ci-dessous le communiqué final qui a sanctionné la réunion des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO…

A suivre…

Reveilguinee.info

Ceci pourrait vous interesser

Le FNDC, un tonneau vide qui fait trop de bruit ! (Par Tibou Kamara)

On existe par soi-même, ou par les autres. Un groupuscule d’individus sans passé ni avenir, ...