Home / Société / [Tribune] Ratoma doit divorcer avec les manifestations politiques

[Tribune] Ratoma doit divorcer avec les manifestations politiques

L’histoire a prouvé que toutes les oppositions des régimes qui se sont succédés en Guinée ont eu comme base arrière la commune de Ratoma. Cette commune a été toujours un symbole de lutte pour les opposants en quête du pouvoir. Même le président actuel s’est adossé à un moment donné sur cette commune pour faire trembler les régimes militaires du Général Conté et de Moussa Dadis Camara. La preuve en est que le premier siège de son parti se trouve dans l’une des zones plus chaudes pendant les manifestations politiques (Hamdalaye).

Les habitants de cette commune gardent encore les souvenirs tragiques des événements de 2007 et 2009 qui ont coûté la vie de plusieurs guinéens. Dans une récente douloureuse période l’ont se souvient encore des victimes des manifestations politiques de ces dix dernières années années en grande majorité habitants de cette même commune.

Ceci dit, depuis la création du multipartisme, c’est cette commune qui fait vivre une opposition en Guinée.

Cependant, à un moment donné, il est important de regarder dans les rétroviseurs et tirer des leçons. C’est pourquoi, il est important de faire remarquer aux habitants de l’axe qu’ils sont les seuls qui revendiquent, les seuls qui sont victimes et les seuls qui sont abandonnés par les politiques de tout bord.

La jeunesse de Ratoma est la seule qui répond aux appels à manifester des syndicats, de la société civile et des politiques. Et généralement, elle est toujours réprimée dans le sang pendant ces revendications qui ne les profitent en rien. La plupart des leaders qui appellent à manifester habitent dans d’autres communes.

Pourquoi ils sont incapables de mobiliser dans leurs zones d’habitations? Pourquoi ils s’appuient toujours sur la jeunesse de l’axe? Nous devons trouver la réponse à toutes ces questions pour pouvoir changer de stratégie.

Revenons sur le cas qui fait l’actualité. Le FNDC a annoncé dans tous ses canaux de communication, que la lutte contre la nouvelle constitution sera un mouvement d’ensemble. Fort malheureusement, seule la commune de Ratoma comme toutes les fois, a manifesté dans la capitale de façon remarquable. Et nous connaissons tous aujourd’hui les conséquences de ces manifestations qui n’ont pas empêché le pouvoir de Conakry à tenir le double scrutin en changeant la constitution. Et en majeure partie des leaders politiques qui ont animé les débats dans ce Front, affûtent leurs armes pour la présidentielle du 18 Octobre 2020 sans aucune garantie de transparence électorale. Ils sont prêts à aller dans combat perdu d’avance.

C’est pourquoi, il est important d’appeler aux habitants de Ratoma au calme et attendre que les autres communes.

C’est vrais Ratoma est toujours victime. Mais, reconnaissons aussi, c’est Ratoma seulement qui manifeste. Les manifestations dans les autres communes sont très minimes. Je ne suis pas entrain de justifier la barbarie de ceux qui tuent sur l’axe, mais il va falloir qu’on change de stratégie.

Habitants de Ratoma, nous ne sommes pas les seuls guinéens victimes de mal gouvernance. Nous pouvons accepter ce que les habitants des autres localités ont accepté. Refusons la manipulation, car, de toutes les révolutions qu’on a pilotées, aucune n’as été en notre faveur.

N’acceptons pas de semer la violence et de se faire tuer car, ce sont les vivants qui bénéficieront de notre labeur. Les bols qui ont servi pour la construction de la maison, ne sont jamais utilisés pour l’embellir. Ils sont toujours jetés et abandonnés dans les oubliettes.

Alpha Bacar Sank Diallo (Citoyens)

Ceci pourrait vous interesser

Kankan: libération de plusieurs partisans du FNDC…

Arrêtés et détenus puis déportés à la maison centrale à Kankan en Haute Guinée, juste ...