Home / Actualité / Echos de nos régions / Violences meurtrières à Coyah et Kamsar: le Gouvernement promet de sévir…

Violences meurtrières à Coyah et Kamsar: le Gouvernement promet de sévir…

Face aux violences ayant entrainé des morts d’hommes ce mardi 12 mai 2020 dans les villes de Coyah et Kamsar, le Gouvernement guinéen va sévir. Le ministre de l’Administration du Territoire a, dans une brève déclaration diffusée chez nos confrères de la Radiotélévision Nationale (RTG), hier soir, promis de traquer les auteurs et commanditaires de ces malheureux incidents qui ont encore endeuillé des familles.

S’abstenant de livrer les chiffres liés au cas de morts, le Gouvernement a plutôt préféré parler du bilan matériel, occultant aussi les violences enregistrées à Dubréka.

« Malgré l’intervention des forces de l’ordre, précédée par des appels au calme, ces mouvements ont causé des dommages importants. Des cas de mort et de blessé, ont été enregistrés malheureusement, aussi bien dans le rang des manifestants que celui des forces de l’ordre. On a noté également, des dégâts matériels important »dresse le chef du département du MATD.

Selon le Général Bouréma Condé, le domicile du maire de Kamsar a été incendié, le commissariat central de Coyah, les postes de police et de gendarmerie de Manéah ont été aussi vandalisés. Des véhicules d’intervention dont des ambulances, saccagés.

« Le gouvernement invite tous les manifestants à la retenue, présente ses condoléances aux familles éplorées et souhaite prompt rétablissement aux blessés » lance-t-il dans sa déclaration.

En tout état de cause, prévient le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, toutes les personnes qui seront tenues responsables de ces troubles, répondront de leurs actes, devant la loi.

Et de poursuivre : « la prise de mesures restrictives de déplacement de Conakry pour l’intérieur du pays des citoyens, n’a rien d’exceptionnel comparée au reste du monde, pour isoler Conakry et éviter la dissémination du Covid-19 qui ne cesse d’endeuiller des familles dans la capitale », estime l’ancien Sous-préfet de Banankoro.

A suivre…

Reveilguinee.info

Ceci pourrait vous interesser

Guinée : Après 11 ans, les victimes du massacre ne peuvent plus attendre

(Conakry, Paris)-Face à l’inaction politique des autorités guinéennes dans l’affaire du massacre du 28 septembre ...