Home / Actualité / Littérature / Après plusieurs mois à l’étranger, l’écrivain Daouda regagne Conakry avec un prix raflé au Togo

Après plusieurs mois à l’étranger, l’écrivain Daouda regagne Conakry avec un prix raflé au Togo

L’écrivain Daouda Bangoura a regagné Conakry vendredi dans la soirée, après plusieurs mois passés dans certains pays de la Sous-région, dans le cadre de la promotion de son oeuvre littéraire “Du Village au Palais”. L’auteur, qui est arrivé aux alentours de 18 heures passées, a été accueilli par sa famille, ses amis et proches collaborateurs, ainsi que ses soutiens, a constaté sur place un Journaliste de Reveilguinee.info.

A sa descente d’avion, le jeune écrivain se dirige d’abord dans les bras de sa maman, avant de faire des accolades avec ses proches. Ensuite, il affiche sa satisfaction de retrouver sa terre natale après plusieurs mois dans des pays comme la Côte d’ivoire, le Ghana, le Togo, le Bénin, le Niger, le Burkina Faso et le Mali.

“Je suis très heureux de retrouver mon pays qui me manquait tant, heureux de cette grande mobilisation manifestée par ma famille, mes amis, mes collaborateurs, mais surtout, mes amis de la presse”, avance Daouda, visiblement très content avant de faire des remerciements. “Je voudrais traduire à chacun de vous ici présent, toute ma gratitude. Vous savez autant que moi, après une tournée dans les pays frères, que je considère comme nids d’écrivains et d’historiens de renommés universels que je vais citer  avec respect. La Côte d’ivoire, le Ghana, le Togo, le Bénin, le Niger, le Burkina Faso et le Mali, je regagne ma patrie avec beaucoup d’amour, de fierté et d’enthousiasme”, explique l’auteur.

Au-delà de l’honneur et de la chaleur qu’il a eu grâce aux Lettres, Daouda Bangoura laisse entendre qu’il y a bien d’autres acquis reluisants à son actif, car, il dit comprendre encore une fois de plus, à travers sa lecture sur le monde, “ce qu’on peut en tirer davantage avec l’écriture. Au-delà de tout cela, j’ai aussi compris surtout, que la littérature n’est pas une banque d’argent, mais plutôt une banque de relation. Et, ce sont ces relations qui peuvent vous hisser à des hauteurs inattendues”, dira entre autres l’écrivain Bangoura.

Daouda rentre au bercail après avoir raflé un prix à l’international, précisément au Togo, où il a obtenu le titre d’ambassadeur du livre africain. Déjà dans la capitale guinéenne, il s’est fixé un objectif. Celui de rencontrer le président de la République.

“Vous savez que j’appartiens à une corporation, qui est l’association des écrivains de Guinée. Alors, cette corporation adressera une demande d’audience au président de la République, son Excellence le Pr Alpha Condé, pour lui présenter les trois prix que j’ai eu sur la sphère nationale et internationale. Il s’agit entre autre du prix de l’oeuvre la plus inspirante de l’année 2021 (décerné par les Ivoiriens), du Prix auteur modèle de réussite et coup de coeur des Lycéens (décerné par le Club littéraire du centre culturel franco guinéen), mais aussi, du grand titre que j’ai obtenu au Togo, celui d’Ambassadeur du livre africain. Parce que tout simplement, le président de la République, est le premier responsable de la Culture, et j’aime le dire souvent, la Culture est la colonne vertébrale du rayonnement d’un pays”, se projette-t-il.

Exporter la culture guinéenne, pour que Conakry soit de la plus belle des manières, la Capitale africaine du Livre, c’est l’autre mission que se fixe l’auteur Daouda Bangoura. L’écrivain estime, que la littérature de son pays occupe une place importante sur le continent.

“Je le dis aujourd’hui, que cette tournée a été un franc succès et très enrichissante. Ce n’était pas fortuit de dire que notre mission est d’exporter la littérature guinéenne de la plus belle des manières pour que Conakry soit la capitale africaine du livre. Je le dis aujourd’hui sans ambages, que lorsque je rencontrais les acteurs du livre des autres pays , je veux citer les écrivains, les éditeurs, les libraires, les bibliothécaires etc…, ils parlaient de la littérature guinéenne avec les yeux qui brillaient (…) Ils ont été très impressionnés. Et je suis fier aujourd’hui de vous dire que j’ai eu la chance d’échanger avec  les grand hommes des lettres, mais aussi les jeunes talents en la matière”, assure-t-il tout en invitant ses compatriotes à être fiers de leur culture, de leur littérature, en un mot.

Tout simplement ajoute le jeune écrivain, “parce que notre pays regorge des cadres émérites dont je rends hommage ce soir. C’est le pays quand même de Camara Laye, de Tierno Monénembo, de William Sassine, c’est le pays de Charles Pascal Tolno, de Lamine Capi Camara, de Facély 2 Mara. A travers la lecture, sur tout ce que j’ai vu et tous ceux que j’ai eu a rencontré, je la ferme conviction que dans les très prochaines années, Conakry sera sans doute la Capitale africaine du Livre”, espère Daouda Bangoura, qui pourrait organiser une conférence de presse dans les prochains jours, pour présenter à la Guinée ses différents prix obtenus tant sur le plan national qu’international.

Alpha Madiou BAH

Ceci pourrait vous interesser

Guinée : la junte poursuit la réouverture des frontières avec les pays voisins

La junte au pouvoir en Guinée poursuit la réouverture des frontières avec les pays voisins. ...