Home / Actualité / Economie / Chérif Abdallah adresse une lettre ouverte aux cadres et responsables du parti au pouvoir en Guinée

Chérif Abdallah adresse une lettre ouverte aux cadres et responsables du parti au pouvoir en Guinée

PRAC, la Paix et la stabilité de la Guinée sont dans vos mains. Je voudrais bien m’adresser à vous. Malgré tout ce qui a été dit et proposé, vous êtes en train d’organiser des conventions pour désigner le candidat de votre formation politique (RPG Arc-en-ciel) à l’élection présidentielle d’octobre 2020 en Guinée. Et c’est sûr, ce candidat ne peut être que vous. Souvenez-vous: vous avez été élu président de la République sur la base d’une constitution qui ne permettait de faire que deux mandats mais pas plus.

En rappel: un parti politique ne se résume pas à une personne. Le RPG regorge beaucoup de cadres qui peuvent bien le représenter lors du scrutin à venir. Désignez un parmi eux et prenez une retraite en partant avec honneur et dignité. Vous le savez mieux que quiconque: chercher à briguer un troisième mandat en contradiction avec nos lois équivaut à créer toutes les conditions pour embraser le pays. Et adieu la paix en. Guinée.

Ne forcez même pas, le troisième mandat ne va plus marcher dans notre cher pays. Si vous le faites, les privilèges que vous avez aujourd’hui vont devenir de la catastrophe pour vous. Cadres et responsables du RPG, vous devez savoir que ce vieux ne peut plus faire ni l’affaire du RPG Arc-en-ciel, ni celle du peuple martyr de Guinée.

Je vous demande de prendre l’exemple de la République du Niger où des activistes de la société civile qui ont réclamé un troisième mandat pour le président Mahmadou Issoufou sont en train d’être jugés. Encore une fois, la paix et la stabilité de la Guinée se trouvent dans vos mains.

Donc, aidez Mr Alpha Condé à sortir par la grande porte.

Chérif Mohamed Abdallah,

Président du groupe organisé des hommes d’affaires (GOHA)

Ceci pourrait vous interesser

Kankan: libération de plusieurs partisans du FNDC…

Arrêtés et détenus puis déportés à la maison centrale à Kankan en Haute Guinée, juste ...