Home / Actualité / Politique / Crise post-électorale en Guinée : les discours se radicalisent…

Crise post-électorale en Guinée : les discours se radicalisent…

En Guinée, le risque de l’enlisement de la crise post-électorale n’est aucunement inévitable. Et pour cause: les discours politiques se radicalisent alors que le contentieux électoral est pendant devant la Cour la Constitutionnelle, seule institution habilitée à valider ou invalider les résultats proclamés par la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Alors que l’opposition appelle à manifester ce mardi 03 Novembre 2020, pour revendiquer la victoire de Cellou Dalein Diallo, candidat autoproclamé vainqueur de la présidentielle du 18 octobre dernier et que les résultats de la CENI donnent largement Alpha Condé candidat du RPG Arc-en-ciel vainqueur, la tension monte d’un cran.

Dans un communiqué parvenu à la rédaction, l’UFDG et son allié de l’ANAD attirent l’attention sur d’éventuelles attaques visant des commerces appartenant à certains opérateurs économiques identifiés comme des soutiens de Cellou Dalein Diallo. Cette alerte avait déjà faite par le Gouvernement guinéen à travers le Ministère en charge de la sécurité et de la protection civile hier dimanche.

Selon l’UFDG et l’ANAD, « l’opération consisterait à recruter des loubards, à les faire encadrer par les forces de défense et de sécurité et à les protéger lors de la commission des actes de vandalisme et de pillage des boutiques et magasins comme cela s’est passé récemment à Nzérékoré, Kissidougou, Macenta, Faranah et Kérouané. »
Ci-dessous, voici le communiqué…

L’UFDG et l’ANAD attirent l’attention du peuple de Guinée et de la communauté internationale sur une menace imminente de destruction de boutiques et magasins appartenant à des opérateurs économiques identifiés, à partir de leurs patronymes, comme des soutiens de l’UFDG.

Ce projet machiavélique s’inscrit dans le cadre de la campagne de violences déclenchée par le pouvoir contre le Président élu Cellou Dalein Diallo et ses partisans, pour imposer au peuple de Guinée les faux résultats proclamés par la CENI le samedi 24 octobre 2020.

L’opération consisterait à recruter des loubards, à les faire encadrer par les forces de défense et de sécurité et à les protéger lors de la commission des actes de vandalisme et de pillage des boutiques et magasins comme cela s’est passé récemment à Nzérékoré, Kissidougou, Macenta, Faranah et Kérouané

Cette fois-ci, le gouvernement envisage d’attribuer cette opération qu’il prépare minutieusement à l’Opposition. Dans un communiqué diffusé à cet effet le dimanche 1er novembre, le Ministre de la sécurité parle de préparatifs menés par « des loubards au service de formations politiques pour s’attaquer à des boutiques et magasins dans certains marchés et centres commerciaux ».

Cette stratégie extrêmement dangereuse pour la paix et l’unité nationale rappelle curieusement l’affaire dite de « l’eau empoisonnée » de 2010 dont l’objectif était, on s’en souvient, d’opposer nos communautés alors que la crise que nous vivons est une crise strictement politique.

Le conflit à l’origine de cette crise oppose en effet Alpha Condé qui veut se maintenir à tout prix au pouvoir et l’écrasante majorité des Guinéens mobilisés contre le troisième mandat et la fraude électorale.

Nous sommes convaincus que le peuple de Guinée, dont la maturité et l’attachement à l’unité de la Nation ne sont plus à démontrer, mettra en échec ce projet cynique de Alpha Condé resté fidèle à sa stratégie du « diviser pour mieux régner » par la stigmatisation et la violence.

L’UFDG et l’ANAD appellent l’attention de la communauté internationale sur les dangers auxquels le régime d’Alpha Condé expose la Guinée en persistant à donner une connotation ethnique à ce conflit politique et sur les conséquences d’une telle attitude sur la paix et l’unité nationale.

Conakry, le 2 novembre 2020

L’UFDG et l’ANAD

Ceci pourrait vous interesser

Incarcération de Foniké Mengué: plusieurs ONGs réclament la libération immédiate et sans condition de l’activiste

Depuis deux mois, Oumar Sylla, alias Foniké Menguè – membre du Front National pour la ...