Home / Actualité / Déguerpissement en Guinée / Fermeture cimetières Bambeto-Kaporo-rails : rétropédalage du ministre de la ville, après des tollés dans la cité !

Fermeture cimetières Bambeto-Kaporo-rails : rétropédalage du ministre de la ville, après des tollés dans la cité !

Grand rétropédalage du ministre de la ville, de l’aménagement du territoire et de l’habitat dans l’affaire fermeture du cimetière de Bambéto, où reposent des martyrs des manifestations de l’histoire politique de ses dernières années en Guinée, et celui de Kaporo-rails. Ibrahima Kourouma, qui, dans une note adressée aux secrétariats général des affaires religieuses, demandant instamment de faire prendre des mesures idoines pour la fermeture de ces lieux au plus tard le 10 mai 2021, afin dit-il, de pouvoir continuer les travaux d’aménagement du site de Koloma en toute sécurité, s’est finalement retracté. Du moins pour le moment !

Après la polémique sur les casses des habitations dans les quartiers –dont la responsabilité est rejetée au sommet de l’État– Ibrahima Kourouma fait encore parler de lui.

Au départ, le ministre avançait des arguments d’utilité publique en ce qui concerne des travaux de voiries et réseaux divers du Centre Directionnel de Koloma démarré en janvier dernier dont la mise en œuvre se fait dans le cadre d’une convention de partenariat public-privé entre l’Etat et la Société d’aménagement IMAAG Holding. De ce fait donc, les deux cimetières sur le site sont dans des zones d’aménagement concerté (ZAC) dont la vocation est différente de celle de ces lieux, précise la note du ministre de la Ville, de l’habitat et de l’aménagement du territoire.

Le ministre Ibrahima Kourouma soutenait en plus, que les ZAC du Centre Directionnel de Koloma sont des réserves foncières de l’Etat destinées à recevoir le surplus de besoins en bâtiments au cas où les prévisions d’occupation du sol seraient amenées à être dépassées. Mais il n’en fallait point dire cela ! L’annonce a été vivement dénoncée dans la cité. Des internautes sont allés jusqu’à douter de la moralité du ministre Ibrahima Kourouma, qui, selon eux, devrait au moins s’abstenir de prendre de telle décision pendant ce mois de pénitence (Ramadan).

Revirement de dernière minute

Après les tollés, le patron du département de la ville, de l’aménagement du territoire et de l’habitat est revenu à la charge. Celui qui est surnommé ‘’ministre Casseur’’, tente d’apporter des éléments de précisions pour mettre fin à la polémique.

‘’Cette décision, c’est parce que nous sommes certains qu’à partir du mois de mai, en raison des voiries qui sont en train d’être faites, il y aura des travaux à ce niveau’’, explique-t-il chez nos confrères de FIM FM, précisant par ailleurs que la fermeture de ces cimetières n’est que provisoire.

‘’On a pris des dispositions pour que les travaux ne durent pas, parce que nous savons que des gens doivent y être enterrés. Les travaux ne dureront qu’une ou deux semaines. C’est donc une affaire d’une à deux semaines. Nous avons du respect pour les morts’’, s’est-il défendu.

Le ministre Kourouma indique aussi que les cimetières de Bambéto et Kaporo-rails ne seront nullement démolis.

‘’Nous sommes un pays musulman, on est un gouvernement responsable, on ne profane pas les tombes. Nous avons du respect pour les corps. Puisque nous devons avancer sur les travaux, nous faisons en sorte que les populations ne soient pas mélangées aux machines pendant les travaux. Je vous rassure que ça ne prendra qu’une à deux semaines’’, rassure Ibrahima Kourouma.

A suivre…

Alpha Madiou BAH

Ceci pourrait vous interesser

Non ! Tout n’est pas mauvais dans l’industrie littéraire guinéenne

La devise de la littérature s’adapte à son époque. Faites de la critique mais pas ...