Home / Actualité / Politique / Guinée : fin de la semi-liberté pour Abdoulaye Bah, l’opposant retourne en prison

Guinée : fin de la semi-liberté pour Abdoulaye Bah, l’opposant retourne en prison

A peine libéré après huit mois de détention avec trois de ses collègues, dans le cadre d’une liberté sous condition, l’opposant Abdoulaye Bah, retourne en prison. L’ex chef de la délégation spéciale de Kindia, qui bénéficiait jusque-là d’un régime de Semi-liberté, a été déféré à la maison centrale de Conakry, a appris Reveilguinee.info, de sources judiciaires.

Selon son avocat, ce haut responsable de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) – parti dirigé par Cellou Dalein Diallo, est accusé d’avoir posté une vidéo sur les réseaux sociaux, dans laquelle, il parle de la victoire de Cellou Dalein Diallo à la dernière présidentielle du 18 octobre.

Le 16 juillet dernier, Abdoulaye Bah, Chérif Bah, Cellou Baldé et Ousmane Gaoual Diallo, bénéficiaent d’une liberté provisoire qui leur a été accordée par la justice pour des raisons médicales. Ces quatre hauts dirigeants de l’UFDG qui ont été arrêtés en novembre dernier, puis incarcérés à la maison centrale, étaient tous malades. Ils suivaient des soins à l’hôpital Ignace Deen.

Toutefois, leur libération sous condition est suivie de certaines conditions : être déférés à toute réquisition de l’administration pénitentiaire et ne pas sortir de la ville de Conakry sans autorisation préalable de l’administration pénitentiaire. Et toute violation liée à ces mesures, entraine de plein droit sa révocation, selon Victor Macka, le directeur de l’administration pénitantiaire, dans un communiqué y afférent.

Pour rappel, Abdoulaye Bah et Cie ont été renvoyés le 29 avril dernier devant le tribunal criminel de Dixinn pour être jugé des faits de trouble à l’Etat par la dévastation et le pillage, atteinte aux institutions de la République, participation à un mouvement insurrectionnel, menace de violences ou de mort par le biais d’un système informatique, diffusion et la mise à disposition d’autrui de données de nature à troubler l’ordre public.

Jusque-là, la date de leur procès n’est pas encore fixée.

A suivre…

Moustapha CONDE

Ceci pourrait vous interesser

Libération d’Alpha Condé, transition : Nana Akufo-Addo et Ouattara à Conakry…

Une délégation de haut niveau de la Communauté économique des États de d’Afrique de l’ouest, ...