Home / Société / Guinée : le Collectif des membres du CNT prend acte de la mise ne place d’une nouvelle Constitution…

Guinée : le Collectif des membres du CNT prend acte de la mise ne place d’une nouvelle Constitution…

C’est une annonce qui va forcement réjouir les députés du parlement dirigé par Amadou Damaro Camara. En marge d’une conférence de presse animée ce mardi 09 Juin 2020, à Conakry, le Collectif du Conseil National de la Transition (CNT) a dit prendre acte de la mise en place de la nouvelle constitution et de l’installation d’une nouvelle Assemblée Nationale.

Dans une déclaration, les membres qui composent cette structure ont émis des souhaits quant à la conduite de la nouvelle législature contestée par l’opposition et le Front national pour la défense de la constitution.

« Le collectif a pris acte de la mise en place d’une nouvelle constitution et d’une nouvelle législative, lesquelles on espère et on souhaite œuvreront sans relâche dans le sens de l’apaisement, de la paix, du développement et la consolidation d’une République riche et harmonieuse » déclarent-ils.

Aussi, le collectif a tenu à dénoncer le rejet de son avis par les responsables du FNDC tout en appelant à la retenue face à la crise sanitaire qui sévit en Guinée depuis plusieurs mois. C’est pourquoi, le collectif suggère à tous de s’abstenir de toutes contestations, pouvant impliquer la population guinéenne, durement éprouvée par le cercle vicieux des manifestations et répressions auxquelles il est loisible d’ajouter la pandémie du coronavirus.

« Le collectif demande avec instance aux acteurs sociaux, particulièrement au front pour la Défense de la constitution de 2010, constitution dont les membres du CNT sont les géniteurs, de s’abstenir, de se servir de ce prétexte pour entraîner des mouvements de foules, au d’élargir la base de la contamination au coronavirus », peut-on entendre dans cette déclaration lue par Aboubacar Dansoko, un des membres dudit collectif.

Enfin, le collectif encourage les acteurs politiques, notamment, ceux de l’opposition extraparlementaire, à prendre acte de l’organisation du double scrutin du 22 mars 2020 et de toutes ses implications dans le but de contribuer à l’apaisement et au redressement économique post coronavirus. Mais surtout « à faire le point sur une stratégie globale de recherche de solutions démocratiques aux problèmes qui se posent actuellement à la nation guinéenne. »

Reste à savoir quelle sera la réaction du Front national pour la défense de la constitution.

A suivre…

Moustapha CONDE

Ceci pourrait vous interesser

Le Mali a un nouveau Premier ministre: Moctar Ouane nommé par le président de la transition

Le président de la transition du Mali, Bah N’Daw, a signé un décret nommant un ...