Home / Actualité / Politique / La convention nationale du RPG Arc-en-ciel : que faut-il comprendre ?

La convention nationale du RPG Arc-en-ciel : que faut-il comprendre ?

La convention du parti au pouvoir en Guinée s’est tenue du 05 au 06 Août 2020 au Palais du peuple, à l’issue de laquelle, le président de la République Pr Alpha Condé a été plébiscité avec doléance par les délégués comme le candidat « unique » du parti à l’élection présidentielle du 18 octobre 2020.

Un processus de choix qui a d’abord commencé par les sections du parti et les partis alliés, puis, terminé par les membres du bureau politique national (BPN). Si ce choix a beaucoup conforté les partisans du RPG ARC, il a aussi beaucoup déçu les opposants, certains acteurs de la Société Civile et même parfois certains observateurs nationaux.

Au-delà de l’apparence, qu’est-ce qui motive ce choix politique (A) ? Pourquoi ce choix engendre tant d’indignation chez certains guinéens (B) ? Quelles conséquences ce choix, s’il est accepté, pourraient engendrer (C) ?

Nous allons dans les lignes qui suivront, décrypter ces interrogations suscitées ci-haut.

  1. De la motivation du choix

Suite au plébiscite du président Alpha Condé, beaucoup de personnes s’indignent et se lancent dans des critiques extrêmes estimant que la démocratie (jeune) guinéenne est en passe de basculer dans un trou profond, ouvrant ainsi la porte aux multiples options de « dictature » dont les premières seraient la socialisation de réformes constitutionnelles en Guinée.

Mais pour bien comprendre ce choix, nous allons nous fonder sur le comportement politique, à travers la théorie de la rationalité soutenue par Anthony Down, qui pense que le choix politique est fait sur une base rationnelle, c’est-à-dire, que l’homme politique est un produit consommable dont il faut analyser et tester sa qualité en fonction de ses attentes avant de l’acheter avec sa voix (vote), cette théorie politique, est inspirée de la théorie économique de la loi de l’offre et de la demande.

Mais pour qu’un électeur soit rationnel, il doit lire et comprendre les programmes politiques, les discours politiques, bref, l’offre politique en général. Cette théorie nous permet de comprendre, à mon avis, le choix des élites du RPG ARC, qui ont pour arguments, le bilan du président actuel comme très satisfaisant, parce qu’ils bénéficient des postes Ministériels, les postes de Secrétariats Généraux, des postes de Directeurs, être recruté à la fonction publique et autres faveurs de la Gouvernance du président Condé. Donc, ils ont toutes les raisons valables, pour soutenir la candidature de l’homme politique qui les garantie tous ces bénéfices susmentionnés.

Cependant, ces élites sont moins déterminant dans la base électorale du RPG ARC, car, 15% seulement des Guinéens ont une notion claire des enjeux politiques ¹( la thèse de doctorat de Dr Ramadan Diallo, Ethnicité et processus démocratique en Guinée, de 1990 à 2015), ce constat, le président Alpha Condé en est conscient, car, il affirme à chaque occasion que « ceux qui m’ont porté pouvoir sont ceux qui ne savent pas dire RPG mais “RPC”» pour souligner l’analphabétisme de sa base électorale.

A ce propos, lors de cette convention, il a même avancé des chiffres, en affirmant que « … les 80% de ceux m’ont porté au pouvoir sont ceux qui disent “ RPC”… ». Donc, pour compléter notre analyse, nous allons utiliser l’identification partisane développée par l’école de Michigan aux USA dans les années “40” une théorie qui consiste à identifier les partis et/ou les leaders dans lesquels les électeurs s’identifient, cette théorie a démontré que les électeurs choisissent en amont avant même les élections et que les campagnes ne changent pas leur choix mais au contraire, les campagnes les confortent dans leur choix.

En appliquant cette théorie au comportement politique en Guinée, nous comprenons que les électeurs s’identifient déjà en général à des partis politiques ou aux leaders politiques et quelques les campagnes, leur position ne changent pas, sauf une action majeure pour espérer le changement de leur position. Ainsi, sur cette théorie, les «80% » indexés par le président lui-même en sa faveur ne changent pas.

En Guinée, cette théorie est renforcée surtout par la corrélation du choix politique sur l’appartenance ethnique, qui est déterminée en général par 82,25% (Ethnicité et le processus démocratique en Guinée, de 1990 à 2015, pp 254, Dr Ramadan DIALLO). C’est-à-dire qu’il existe un lien entre le vote de 82,25% des Guinéens à l’ethnie de leur candidat. Voilà entre autres, les raisons qui justifient le choix de la base au sommet du RPG ARC.

  1. De l’indignation de certains guinéens

Depuis des années, 2016 précisément, les opposants et quelques organisations de la Société Civile ont engagé des résistances à plusieurs reprises pour empêcher non seulement, le changement constitutionnel qui a eu lieu le 22 mars dernier mais aussi dissuader le parti au pouvoir d’une nouvelle candidature du président Condé, mais malgré cette grande résistance, nous constatons avec impuissance, une percée fulgurante du parti présidentiel dans ce sens.

Ainsi, beaucoup estiment que la Démocratie ou du moins, la démocratisation est freinée en Guinée. Mais en parlant de Démocratie ou de démocratisation, de quelle Démocratie font-ils allusion ? La démocratie réaliste ou minimaliste qui pense qu’il y a Démocratie lorsque nous avons le minimum des droits civiques et politiques respectés. Ou de la démocratie libérable ou maximaliste (occidentale) qui est un produit occidental triomphé suite au déclin de l’ex Union Républiques Socialistes et Soviétiques (URSS) en 1989. Qui a été défini par ces parrains comme le pouvoir du peuple par le peuple et pour le peuple. Elle a également des panoplies de principes : Liberté d’expression, de presse, de manifestation, de circulation, des droits de l’homme, de droit international etc. Sa particularité est qu’elle est un produit « d’import-export » institutionnel de l’Occident ou l’apogée de des expériences occidentales de la Démocratie, qui a pour approche la Transitologie qui est le passage d’une situation autoritaire, dictatoriale, royale… vers une transition démocratique plus ou moins apparente dans ses formes au moins, jusqu’à sa consolidation.

Analysant les discours de ces indignés, nous soulignons souvent l’alternance démocratique dans leurs propos, ces propos sont les propres de la transitologie, donc, il faut croire qu’ils sont en général dans une conception de la Démocratie libérale même sans le savoir.

Par ailleurs, ces indignés ignorent certainement l’idéologie du RPG ARC, il s’agit d’un parti social-démocrate, une branche du socialisme, qui n’épouse que l’économie du marché du capitalisme et prône la réforme progressive pour une transformation profonde de la société. Par définition, l’historien Michel Winock définit la social-démocratie, telle qu’elle apparaît avec le « modèle allemand » comme « une contre-société ouverte » fondée sur « un profond enracinement dans la classe laborieuse, lequel s’opère grâce à l’alliance, l’osmose ou simplement l’articulation entre parti et syndicat », se fondant sur cette définition, nous pouvons prendre l’Alliance Arc-en-ciel comme une volonté du parti à incorporer le maximum de forces politiques guinéennes pour maintenir pour se maintenir au pouvoir pendant encore des années, et, ses multiples réformes au sein de l’armée, de l’administration etc., comme le début d’un processus de transformation profonde de la société guinéenne, et, justement c’est le point de rupture entre le régime de Conakry avec les fervents défenseurs de la démocratie libérale, qu’est l’Occident, à travers la France. Pour nuancer cette description, il convient aussi de constater que l’idéologie du parti n’est pas connue par la majorité des militants, sauf quelques cadres du parti, à sa tête Alpha Condé. Cet état de fait qui met en lumière la personnification du parti au pouvoir.

  1. Quelles conséquences ce choix, s’il est validé, pourraient engendrer ?

Comme nous venons de voir plus haut, si ce choix est validé par le président actuel, il faut signaler qu’il a toutes les raisons d’être réélu, car, avec justement, l’identification partisane dont nous nous sommes servi pour expliquer le comportement politique de la base électorale du RPG ARC, nous permet également que sa base resta solide et que l’élection présidentielle se jouera sur les indécis et les électeurs volatiles, dont il a la capacité de mobilisation politique à travers entre autres, l’achat de conscience, quelques fraudes électorales et l’influence administrative.

Ensuite, il faut s’attendre à des remous politiques, car, l’opposition, notamment l’UFDG, est parti mobilisateur, capable de paralyser des activités du moins dans la capitale Conakry et au Fouta, lesquelles des activités constituent les recettes de L’État. Enfin, il faut également s’attendre à un divorce partiel entre la Guinée et beaucoup d’Etats où les Occidentaux et Extra-Occidentaux dans lesquels les libéraux sont au pouvoir, car, comme l’a expliqué dans son œuvre phare, « le choc des civilisations 1996 » Samuel Phillips Huntington, que les États tissent des rapports avec d’autres États en fonction de leur ressemblance, de leur culture et de leur civilisation.

En conclusion, à la lumière de ce qui précède, nous pouvons retenir que ce choix est une logique quand nous savons qu’il n’existe ni au sein de la Mouvance présidentielle un candidat capable de séduire les partisans du RPG ARC dans leur ensemble encore moins au sein de l’opposition, un leader charismatique capable de débaucher et d’unifier l’électorat essentiel de la mouvance pour remporter l’élection présidentielle prochaine. Ensuite, pour une conscience citoyenne, il faut un vaste programme d’éducation citoyenne pour une culture politique selon nos besoins, afin de rêver à un sursaut national sur des questions existentielles de notre pays.

Sekouba MAREGA
Consultant, Analyste Politique
E-mail : sekoubamarega224@gmail.com

Ceci pourrait vous interesser

Mamou: Saliou Kégnèko, son fils Abdoul Sonoco dans la ferveur de la campagne pour la réélection d’Alpha Condé!

Très proche du président Alpha Condé, candidat à sa propre succession à la présidentielle du ...