Home / Actualité / Politique / Législatives du 16 février : Cellou Dalein induit en erreur par Sidya Touré ?

Législatives du 16 février : Cellou Dalein induit en erreur par Sidya Touré ?

C’est une interrogation qui, a, apparemment eu une réponse ce samedi 11 janvier 2020 au siège du RPG Arc-en-ciel. Le Président sortant du Groupe Parlementaire ‘’la majorité présidentielle’’ a accusé le leader de l’Union des Forces Républiques, d’avoir induit en erreur Cellou Dalein Diallo.

Amadou Damaro Camara croit savoir pourquoi l’ancien haut représentant d’Alpha Condé a souhaité boycotté les élections législatives. Selon le patron de la majorité présidentielle, Sidya Touré a roulé Cellou Dalein Diallo dans la farine.

« Chacun est libre d’aller aux élections ou pas. Des gens qui se disent démocrates décident de ne pas aller aux élections et déclarent qu’il n’y aura pas d’élections. On appelle ça en français l’arrogance » entame-t-il.

Pour ce responsable du parti au pouvoir, Cellou Dalein Diallo s’est mis dans une situation qu’il ne connaît pas, en boycottant les élections législatives du 16 février prochain.

« Sidya Touré l’a amené sur une mauvaise pente. Sidya n’avait même pas de candidats au scrutin uninominal, il savait qu’il allait être battu à plate couture et que son mythe allait tomber. Lui, son souhait, c’était qu’il n’y ait pas d’élections. Il a pu entrainer son petit frère qui est dans la politique, sans savoir c’est quoi la politique » accuse cet influent cadre de la galaxie présidentielle.

Alors que la CENI suit son chronogramme dans l’optique de l’organisation des législatives, les principaux leaders de l’opposition, les poids lourds en quelque sorte, ont décidé, disent-ils, de ne pas s’associer à une mascarade électorale. Cellou Dalein Diallo de l’UFDG, Sidya Touré de l’UFR, Faya Millimouno du BL, Lansana Kouyaté du PEDN, Ousmane Kaba du PADES, Bah Oury de l’UDD, et certains leaders de l’opposition, ont décidé d’opter pour la politique de la chaise vide. Ils promettent ainsi d’empêcher la tenue du scrutin.

« Les militants de l’UFR et de l’UFDG en Haute Guinée ou en Guinée Forestière, par exemple, vont dire qu’ils vont respecter la consigne de leur parti, pour empêcher les élections. Ce qui peut arriver à des affrontements, mais ne tombez pas dans ce piège » a averti Amadou Damaro Camara, d’un ton ferme, devant leurs sympathisants à Gbéssia.

A suivre…

Alpha DAF

Ceci pourrait vous interesser

Décès George Floyd: pillages et échauffourées aux Etats-Unis, malgré des couvre-feux

Des heurts entre manifestants et policiers ont secoué samedi soir plusieurs grandes villes des Etats-Unis, ...