Home / Actualité / Politique / [Opinion] Et si l’opposition était l’autre problème de la Guinée ?

[Opinion] Et si l’opposition était l’autre problème de la Guinée ?

Comment se fait-il que l’opposition traîne à embarquer le pays dans le train de l’alternance démocratique depuis les Années 90 alors qu’elle focalise toutes les attentions ? Lamarana-Petty Diallo tente de réponde à cette lancinante question en analysant les faits et actes posés durant la période 1993-2009.

Dans tous les pays, une opposition politique a un but, un objectif, une finalité et défend un idéal. Il n’est pas sûr qu’en Guinée que ceux qui vont à la conquête du pouvoir en tant qu’opposants se soient donnés les moyens pour atteindre ce principe fondamental.

Analyser le parcours politique de l’opposition guinéenne pourrait aider à comprendre les incidences de sa configuration, de ses alliances, de ses prises de position sur ses réussites et échecs des 30 dernières années. A cette fin, une approche chronologique me semble plus appropriée.

Premières tentatives d’union, premières désillusions

L’opposition guinéenne date des années 90 et fut consacrée par la constitution de décembre 1990 sous le régime militaire de Lansana Conté. Dès 1993, l’Union pour la nouvelle république (UNR) de Ba Mamadou, le Parti guinéen du peuple (PGP) d’Alpha Abdoulaye Portos Diallo et le Rassemblement du peuple de Guinée (RPG) d’Alpha Condé, fondent le Front de lutte et de gouvernement (FLUG). Mais ce mouvement ne parviendra pas à présenter, comme il l’envisageait un candidat commun.

L’une des raisons serait que cette perspective tenait, paradoxalement, plus à l’Union des forces républicaines (UFR) de Sidya Touré qu’au trio mentionné. En août 1995, douze formations d’opposition dont les plus influentes : le Parti pour le renouveau et le progrès (PRP) de Siradiou Diallo, l’UNR et le RPG fondent la Coordination de l’opposition démocratique (Codem). Nait, dans la foulée, encore sous le sceau de la dissension, le Mouvement contre le référendum et pour l’alternance démocratique (Morad) qui regroupe le RPG et l’(UFR).

En mai 2003, une décennie après les premières tentatives, le Front républicain pour l’alternance démocratique (FRAD) voit le jour. Il regroupe six (6) formations politiques qui parviennent à allier à leur cause de grandes personnalités comme Elhadj Boubacar Biro Diallo, ancien président de l’Assemblée nationale. Cette coalition non plus n’atteint pas son objectif : boycotter les législatives du 30 juin. On remarquera que les grands partis de l’époque, fondateurs du FLUG se retrouvent aussi bien dans le CODEM et le FRAD et l’un d’eux, le RPG, rallie le MORAD.

Les migrations d’une union à l’autre, le caractère éphémère des mouvements et des alliances ne permirent aucune victoire. L’opposition guinéenne est souvent apparue comme un conglomérat de partis politiques qui s’entrelacent un jour et se mordent le lendemain. Pire, les divorces successifs ont entravé toute vision clairvoyante pouvant ébranler l’adversaire politique. A aucune des échéances de la décennie 1993-2003, il n’eut de candidature unique de l’opposition.

Une opposition qui se livre à un jeu d’enfants au lieu de s’unir pour vaincre un système

L’opposition des années 90 était composée de cadres de grandes qualités intellectuelles : de technocrates, de juristes, d’administrateurs, d’anciens responsables d’institutions internationales, d’un journaliste de renommée mondiale Siradiou Diallo.

Ces personnalités coalisées à diverses reprises, pour différentes échéances électorales aux enjeux local ou national ne semblent réussir qu’une chose : s’unir pour un objectif et se diviser au moment de sa concrétisation. De tels échecs posent la question de la maturité politique et des capacités des intéressés à transcender les plus infimes querelles pour se mettre au-dessus d’un citoyen lambda. Du reste, si leur comportement n’était désastreux pour les guinéens, on aurait dit que c’est ridicule. De grandes personnalités d’opposition que la Guinée ait rarement réunies sous un régime démocratique, ne parvinrent à aucun moment à déboulonner le président Conté : un soldat dont la scolarité ne dépasserait pas le Cours moyen deuxième année, (CM2).

Toutes les expériences d’union de l’époque de l’avènement de ce qu’on appelait « le multipartisme intégral » feront flop. Les guinéens n’auront de choix que d’attendre comme ils le font depuis 1958.

L’opposition post-Conté : prototype ou innovation ?

La parenthèse CNDD et l’espoir d’une renaissance manquée. La succession à Lansana Conté fut militaire par manque d’institutions solide, d’opposition viable et unie. Le capitaine Moussa Dadis Camara et ses compagnons, certains parleront plus tard de horde, s’accaparent du pouvoir à travers le Conseil national pour la démocratie et le développent (CNDD). Venue pour partir, la junte se décida finalement de rester en voulant se légitimer par des appuis populaires : les fameux comités de soutien nés sous un autre ratage désastreux de changement : le gouvernement de Lansana Kouyaté.

Les revendications populaires et certaines coalitions politiques et syndicales sous la dénomination des ‘’Forces Vives’’ qui avaient imposé Kouyaté comme Premier ministre réussiront à faire partir la junte après les massacres du 28 septembre 2009. L’opposition tente une fois de plus de s’unir pour ouvrir la voie à un système démocratique qui devait se concrétiser par les résolutions des sommets dites de « Ouaga 1 et Ouaga 2 ».

Au final, les plus futés, les plus hardis s’en sortirent en driblant les plus naïfs. Si l’on veut, les plus novices en politique. En tout cas, les espoirs de Ouaga s’envolèrent pour les guinéens comme le mythique du Ouagadoubida pour les voltaïques des temps antiques. C’est dans ce contexte que fut instauré le gouvernement militaire à coloration civile de Sékouba Konaté. Ce n’est pas la transition nocive de ce dernier qui comblera le cœur des guinéens.

Continuité du CNDD, son alter-ego, cette transition laissa du souffre sur le feu. L’opposition réussira d’éviter que la poudre ne s’enflamme. Mais, rien que cela. De sa création en 1993 à la mort de Lansana Conté, les opposants de la classe politique guinéenne n’auront pas réussi grand-chose. Du Comité militaire de redressement national (CMRN) en passant par le Comité transitoire de redressement national (CTRN) jusqu’au Parti de l’unité et du progrès (PUP) le général-président n’eut de vrai opposant que lui-même.

Cependant, la vérité historique impose qu’on reconnaisse à l’opposition historique et à ses représentants, dont Jean-Marie Doré que je n’ai pas évoqué, le courage de lutter pour le multipartisme, la liberté d’opinion et d’expression. Bâ Mamadou allait distribuer en personne le journal de son parti, sorte d’abécédaire ou de programme politique. Les militants d’Alpha Condé faisaient de même pour les publications du Mouvement national démocratique, (MND).

Mais la volonté politique ne suffit pas pour être président. Il faut le devenir. Surtout elle ne met pas fin à la dictature et ne permet pas au peuple de réaliser ses rêves de liberté. Et en la matière, si les guinéens sont dans un Etat libre, il n’est pas sûr qu’ils le soient en tant que peuple. Ceux qui se succèdent à la tête de l’Etat ont tendance, tout comme ceux qui aspirent y arriver, de reproduire les mêmes actes : se diviser sur l’essentiel et se maintenir au pouvoir jusqu’au dernier souffle. Ce fut le cas de Sékou Touré, de Lansana Conté et Dadis voulut les imiter avant de partir dans les circonstances bien connues.

La question est de savoir si la génération nouvelle et les survivants de l’ancienne feront mieux.

Par Lamarana-Petty Diallo
Professeur de lettres Histoire Hors Classe
lamaranapetty@yahoo.fr

Ceci pourrait vous interesser

Justice : l’activiste Mamadou Alpha Diallo condamné pour “outrage à agent”

Le jeune activiste de la Société  civile guinéenne, Mamadou Alpha Diallo, a été condamné mardi 15 ...