Home / Actualité / Politique / Panique à bord du navire RPG en plein naufrage (Par Souleymane Konaté)

Panique à bord du navire RPG en plein naufrage (Par Souleymane Konaté)

Il y a une jurisprudence bien établie au sein des militants du RPG Arc-en-ciel de la 25ème heure, pas ceux et celles qui se sont battus en toute sincérité pour des valeurs, et qui, déçus, ont rendu le tablier.

Il s’agit systématiquement d’esquiver le fond des questions pour se répandre en invectives à défaut d’éléments de réponses objectifs. Cet art de l’esquive y est un précepte politique.

Pris de panique et profondément secoués et traumatisés par les brillantes sorties médiatiques de Cellou Dalein Diallo, les sbires du RPG ont piqué une colère noire et n’ont pu s’illustrer que par leurs armes de prédilection : le mensonge, la haine et les invectives.

Nous ne nous rabaisserons jamais au même niveau moral qu’eux et ne répondrons pas aux invectives par des invectives car nous respectons le peuple de Guinée. Au nom de ce respect et par pudeur pour les souffrances qu’il endure en ce mois de ramadan, nous nous focaliserons sur l’essentiel.

De quoi s’agit-il au fond ?

Du communiqué démagogique de la Direction Nationale du RPG Arc-en-ciel qui passerait presque pour comique s’il ne laissait pas transparaitre la haine pour l’UFDG et son leader Cellou Dalein Diallo.

Notre parti n’a plus à démontrer qu’elle est la première force politique du pays. Malgré la délinquance électorale qui s’est illustrée par le tripatouillage du fichier électoral, le bourrage des urnes, l’achat des consciences et l’instrumentalisation de l’Institution électorale et des juges électoraux, le parti a toujours gagné les élections en Guinée.

Les résultats préfabriqués par des cadres véreux au service du mal en sont une preuve éloquente.

Vous affirmez que l’UFDG est morte et que Cellou Dalein Diallo ne représente plus rien. Pendant ce temps, les principales villes de la Guinée sont militarisées, le siège et les bureaux du parti illégalement fermés, les principaux collaborateurs de l’homme toujours injustement incarcérés à la maison centrale de Conakry dans des conditions inhumaines et dégradantes.

Votre pouvoir illégitime, longtemps mis à l’épreuve de la gestion de l’Etat, a été incapable de prendre en compte les préoccupations les plus élémentaires des guinéens.

Lesquels subissent, du fait de votre gouvernance erratique et chaotique, une inflation galopante, la cherté de la vie, le chômage, la pauvreté endémique, la hausse généralisée des prix des denrées de première nécessité et j’en passe.

Les manifestations en appelant à l’accessibilité de services sociaux de base, devenues récurrentes dans ce qu’il convient d’appeler les ex-fiefs du RPG (Kankan, Siguiri, Kouroussa, Faranah etc.), prouvent à suffisance que vous avez échoué sur toute la ligne. Et d’ailleurs, le slogan gouverner autrement constitue l’aveu manifeste de votre échec.

Vous êtes isolés, apeurés, paniqués, abandonnés et rejetés par la majorité de vos compatriotes et par la communauté internationale.

Les différents rapports des ONG internationales comme Amnesty internationale, Human rigth, FIDH sont accablants pour votre régime. Sans oublier les Etats démocratiques, respectueux des libertés et des droits humains qui vous coupent les vivres en guise de sanctions.

Le dernier en date est le Millenium Challenge Corporation (MCC) qui vous restera pour longtemps en travers de la gorge.

Malheureusement, vous avez toujours été incapables de tirer les enseignements nécessaires de vos errements, de faire amende honorable et de sortir de votre sempiternelle arrogance.

Mais le peuple de Guinée vous a à l’œil.

Le navire RPG tangue de tous les côtés, vacille, prend l’eau et son naufrage est irréversible. Préparez les bouées de sauvetage.

Souleymane Konaté
Coordinateur adjoint de la cellule de communication de l’UFDG

Ceci pourrait vous interesser

Guinée : Alpha Condé condamne le relâchement des mesures sanitaires et barrières contre la Covid-19

Le Chef de l’Etat, son Excellence Professeur Alpha Condé, a condamné fermement le relâchement manifeste ...