Home / Actualité / Politique / Participation ou non à la présidentielle du 18 octobre : le parti de Cellou Dalein face à un dilemme !

Participation ou non à la présidentielle du 18 octobre : le parti de Cellou Dalein face à un dilemme !

L’Union des Forces Démocratiques de Guinée va-t-elle participer à la présidentielle du 18 octobre prochain ? Le parti de Cellou Dalein Diallo face à dilemme majeur ! Alors que la candidature du président Alpha Condé fait débat, et que le FNDC (front qui s’oppose au projet de troisième mandat en Guinée)- entité à laquelle appartient l’UFDG- promet de s’y opposer fermement, la principale force politique d’opposition devra faire un choix cornélien : Etre aller à cette joute électorale majeure ou adopter la politique de la chaise vide.

Dans un communiqué, l’UFDG annonce le début des consultations avec ses bureaux fédéraux. Les avis de ces derniers sont attendus au plus tard le 26 août 2020. Justement, c’est à ce niveau qu’une pomme de discorde voit jour. Et pour cause : la publication sur les réseaux sociaux du courriel de la direction de l’UFDG, qui a suscité une vague de réactions et d’indignations.

D’abord, si certains partisans du parti trouvent absurde d’aller à une élection perdue d’avance, avec Alpha Condé comme candidat (alors que la loi ne le lui permet point) selon eux, malgré aussi les nombreux morts ayant été enregistrées depuis le début de la contestation en Guinée contre le troisième mandat,  d’autres par contre trouvent injuste d’adopter la politique de la chaise vide au profit du parti présidentiel comme ce fut le cas lors des élections législatives. Les réactions sont donc nombreuses.

Mais la réaction qui fait de plus débat sur la toile, c’est bien la sortie de l’ancien reggaeman reconverti en politique. Elie Kamano n’est pas allé du dos de la cuillère pour fustiger, alors que lui-même il s’est porté candidat.

« Sur l’autel de la cupidité et au nom de la bêtise politique, Cellou Dalein se prépare à souiller la mémoire des victimes de son parti en prenant part aux élections qui se tiendront avec un fichier qu’il a toujours traité de corrompu et surtout avec la participation de Monsieur Alpha Condé qu’il traite d’illégitime pour avoir tripatouillé la constitution de 2010 », peut-on lire sur sa page Facebook.

Entre confusions et protestations, entre prises de position et manifestations qui ont occasionné la mort de plusieurs personnes arrachées à l’affection de leurs familles et de leur pays, déclare Elie Kamano «  l’heure de la vérité va très bientôt sonner, car entre respecter la mémoire des victimes et participer à une élection sans triompher, l’UFDG est dans l’œil du cyclone » déclare-t-il sans ambages.

En politique, selon Elie, il n’y a pas de logique mathématique, mais plutôt l’expression variée des forces idéologiques évoluant soit dans le sens de l’intérêt supérieur des masses laborieuses, soit dans l’intérêt du politicien qui se sert du peuple et qui s’en fout royalement des morts et des blessés qui payent le lourd tribu de sa bêtise.

« Cellou Dalein Diallo fait partie du prototype de politicien qui se sert du peuple et qui s’en fout royalement des morts et des blessés qui payent le lourd tribu de sa bêtise » accuse-t-il.

Pour le moment, ce ne sont que des consultations qui sont annoncées par la Direction de l’Union des Forces Démocratiques (UFDG). Imaginez un peu la suite. En tout cas, le FNDC aussi n’a pas d’abord réagit. Le Front opposé au projet de mandat à vie d’Alpha Condé, qui est dans une trêve, promet de reprendre ses manifestations (même si nous savons que c’est l’UFDG le parti mobilisateur NDLR).

Tout de même, le choix semble difficile pour le parti de l’ancien premier ministre. Récemment, Jeuneafrique annonçait que le travail est déjà bouclé au sein de l’UFDG.

A suivre…

Alpha Madiou BAH

(+224) 621 861 269

Ceci pourrait vous interesser

[Tribune] Analyse de la lettre de Macron à Alpha Condé (Par Aliou Bah)

À travers sa lettre, le Président Emmanuel Macron semble avoir simplement pris acte d’une situation ...