Home / International / Qui du Kenya ou de Djibouti siègera au Conseil de sécurité de l’ONU?

Qui du Kenya ou de Djibouti siègera au Conseil de sécurité de l’ONU?

Une longue bataille diplomatique entre deux pays africains va trouver sa conclusion ce mercredi 17 juin, à l’ONU. Le Kenya et Djibouti s’affrontent depuis un an pour revendiquer le siège africain non-permanent qui est ouvert au sein du Conseil de sécurité pour les années 2021 et 2022, en remplacement du sortant, l’Afrique du Sud.

Les diplomates font leur rentrée à l’ONU pour la première fois depuis le mois de mars. Un retour bref : il s’agit pour les représentants des 193 pays d’élire les cinq candidats qui siégeront au Conseil de sécurité dès janvier 2021. Avec une surprise pour le siège réservé à l’Afrique : au lieu du candidat unique d’habitude présenté, la place est disputée par deux pays cette année : Djibouti et le Kenya.

Mesures sanitaires exceptionnelles oblige, le scrutin public de l’Assemblée générale de l’ONU à New York risque de durer longtemps. Chaque État membre doit exprimer son vote à une heure convenue, sous la surveillance du président de la séance. Et cette procédure est amenée à être recommencée, en cas de nouveau tour de scrutin.

Seuls candidats dans leur région, l’Inde, le Mexique, le Canada, l’Irlande et la Norvège devraient être élus. C’est le siège africain qui est le seul véritable enjeu du vote. Car depuis des mois, le Kenya et Djibouti font campagne pour revendiquer les suffrages des États-membres. Et aucune médiation, pas même celle de la présidence égyptienne de l’UA, n’a abouti.

Le Kenya se présente, fort du soutien officiel de l’Union africaine, affirmé en août 2019 et répété la semaine dernière. Ce serait un avantage politique important pour le Kenya, puissance régionale anglophone, notamment dans ses disputes avec l’Éthiopie ou la Somalie. Un soutien que Djibouti estime « illégal », puisqu’il n’a pas été entériné par les chefs d’État : « L’UA a examiné la situation lors du dernier sommet et a constaté les vices de procédure. Normalement, c’est là que les chefs d’Etat valident le candidat officiel, mais ils n’ont pas pu le faire », dit l’ambassadeur de Djibouti, Mohamed Siad Doualeh.

Djibouti pour sa part estime que son tour est venu, n’ayant siégé qu’une fois en 1993. Le succès diplomatique du sommet entre la Somalie et le Somaliland, dimanche, lui semble un bon argument pour prouver son rôle pivot, dans une région encore très troublée. Djibouti a multiplié les liens diplomatiques et se targue d’avoir notamment le soutien de la Francophonie, de l’Organisation de la coopération islamique et de la Ligue arabe.

Décrocher un siège de membre non-permanent au Conseil de sécurité, c’est un enjeu énorme, explique Alexandra Novosseloff, chercheure associée au centre Thucydide de l’université de Paris II.

Avec Rfi

Ceci pourrait vous interesser

Kassory Fofana prend un engagement : « Dans la quatrième République… »

Le premier ministre guinéen, Ibrahima Kassory Fofana, qui a procédé mercredi à l’inauguration partielle de ...