Home / International / Afrique / Tchad : Macron et plusieurs chefs d’Etat accompagnent Idriss Déby à sa dernière demeure

Tchad : Macron et plusieurs chefs d’Etat accompagnent Idriss Déby à sa dernière demeure

La cérémonie d’hommage au président tchadien Idriss Déby Itno, mort lundi selon la présidence, a eu lieu ce vendredi 23 avril à N’Djamena, en présence de nombreux chefs d’États, dont le Français Emmanuel Macron, le guinéen Alpha Condé, le Malien Bah N’daw, le Bissau-guinéen Embalo Umar, le Congolais de Kinshasa Félix Tshisekedi, le Mauritanien Mohammed Ould Ghazouani, le Nigérien Mohamed Bazoum, le Burkinabè Rock Kaboré, le Soudanais Abdel Fattah Aal-Burhan et le Togolais Faure Gnassingbé.

Si le Président guinéen Alpha Condé est le premier chef d’État à atterrir à N’Djamena, le Français Emmanuel Macron, et ses autres homologues du continent avaient rallié N’Djamena tardivement.

La cérémonie des obsèques officielles du défunt Président Idriss Deby Itno s’est déroulé à la Place de la Nation de N’Djamena. Le maréchal a ainsi reçu les honneurs militaires. Le protocole de la cérémonie s’est poursuivit avec un dépôt de gerbes de fleurs, le mot du fils du chef de l’Etat Mahamat Deby Itno et des différents autres témoignages. L’oraison funèbre a été lue par le vice-président du Conseil militaire de transition, le général Djimadoum Tiraïna, avant le dépôt des attributs du maréchal sur la dépouille du défunt Président Idriss Deby Itno.

Peu avant le début de la cérémonie, la France, par la voix de son président Emmanuel Macron et les pays du G5 Sahel, qui combattent ensemble les jihadistes dans cette région de l’Afrique, ont exprimé leur « soutien commun au processus de transition civilo-militaire » au fils du président défunt, qui a pris la tête d’une junte militaire en promettant des élections « libres et démocratiques » dans 18 mois.

« La France ne laissera jamais personne, ni aujourd’hui, ni demain, remettre en cause la stabilité et l’intégrité du Tchad », a promis ce vendredi le président Emmanuel Macron aux funérailles d’Idriss Déby Itno, tué au front par des rebelles et remplacé par une junte militaire dirigée par son fils.

« Cher Président, cher Maréchal, cher Idriss […] vous avez vécu en soldat, vous êtes mort en soldat, les armes à la main », a déclaré Macron en préambule. « La France sera également là pour faire vivre la promesse d’un Tchad apaisé », a-t-il poursuivi, en appelant le Conseil Militaire de transition (CMT) dirigé par le jeune général Mahamat Idriss Déby, qui a promis des « élections libres et démocratiques dans 18 mois », à promouvoir la « stabilité, l’inclusion, le dialogue, la transition démocratique ».

Alors que la charte publiée mercredi 21 avril confère les quasi pleins pouvoirs au président du conseil militaire, le président Macron et ses homologues sahéliens ont insisté sur le fait que cette transition devra s’appuyer sur d’autres organes que le seul conseil militaire.

« Tout le monde est bien conscient que le volet civil de la transition devra avoir des pouvoirs importants et qu’il faudra avoir un équilibre satisfaisant entre le comité militaire de transition et le dispositif civil qui se mettra en place », explique-t-on dans l’entourage du président français, cite le média Rfi.

L’objectif étant toujours selon cette même source « d’embarquer l’ensemble des forces politiques et de la société civile tchadienne pour que la transition puisse fonctionner ». Sur la durée de la transition, Sahéliens et Français se sont voulus fermes : 18 mois, pas plus.

‘’Le président Déby a montré son attachement à l’Afrique…’’

Le président Condé qui a pris part aux obsèques du président tchadien, le Maréchal Idriss Déby Itno, a, dans une brève allocution, promis de poursuivre le combat qu’il a commencé avec le Maréchal tchadien, tué des suites de blessures qu’il a eues au front contre des rebelles tchadiens à Kanem, au nord du pays, afin que l’Afrique soit unie et reste indépendante.

« Tout le monde sait les liens qui nous ont unis, comment nous avons travaillé ensemble pour assurer à l’Union Africaine son autonomie à la fois financière et nous battre pour que toutes les questions africaines soient désormais réglées par les Africains. Car désormais, seuls les africains peuvent accepter de mourir pour l’Afrique, seuls les Africains connaissent la situation de leurs peuples. Et le président Déby était ce modèle. Quand nous avons créé des champions, nous l’avons désigné comme le champion pour la jeunesse, car la jeunesse est l’avenir de l’Afrique. Le président Déby a montré son attachement à l’Afrique en versant le sang de son peuple sur les différents champs de bataille africains. Mais le moment n’est pas de parler. Le moment est de voir comment nous les Chefs d’Etat, en suivant l’exemple du président Déby, nous allons pouvoir nous donner la main afin de renforcer l’unité de l’Afrique, renforcer son indépendance et de permettre qu’elle continue de parler d’une seule voix. Le peuple tchadien, sa famille, connaissent les liens intimes qui nous ont liés. Le combat que nous avons mené ensemble, chers amis, frères et complices, nous allons le continuer (…)’’, dira entre autres le dirigeant guinéen.

A suivre…

Alpha Madiou BAH

(+224) 629 882 628

Ceci pourrait vous interesser

Alpha Condé : « Mettons à profit cette fête du Ramadan pour renforcer la cohésion nationale »

Les fidèles musulmans guinéens célèbrent ce jeudi 13 mai 2021, la fête de l’Aid El-Fitr, ...