Home / Actualité / Echos de nos régions / Violences, tueries lors du double scrutin : le FNDC porte de graves accusations (Déclaration)

Violences, tueries lors du double scrutin : le FNDC porte de graves accusations (Déclaration)

Fidèle à sa démarche cynique et immorale, le pouvoir mafieux de M. Alpha Condé cherche à faire disparaître les preuves des nombreux assassinats des membres du FNDC par les unités d’élite de l’armée notamment le Bataillon Spécial de Conakry (BSC), Bataillon de Sécurité Présidentielle (BSP), Bataillon Autonome des Troupes Aéroportées (BATA) et Force Spéciale (FS).

Selon nos informations, au cours d’une réunion qu’il a tenu ce 22 mars avec les
responsables du Ministère de la Sécurité, Monsieur Alpha Condé a instruit son Ministre
de la Sécurité de prendre les dispositions nécessaires pour faire disparaître les preuves
et effacer les traces des crimes commis contre les populations.

Suivant ces ordres, le Directeur central de la police judiciaire le commissaire Aboubacar
Fabou Camara a donné des instructions aux éléments de la Brigade Recherche et
d’Investigation (BRI) et Brigade de Répression du Banditisme (BRB) qui sont
actuellement à la recherche des familles de victimes des tueries du 22 mars pour les faire
taire.

Le gouvernement Guinéen s’inscrivant dans ces démarches habituelles de négation
systématique pour cacher la vérité à l’opinion nationale et internationale, tente d’effacer
les traces et de détruire les éléments constitutifs de preuve de leur ignoble forfaiture. Mais malheureusement cela ne marchera pas, car le FNDC détient des preuves  accablantes sur les différents cas assassinats perpétrés par Alpha Condé.

Le FNDC appelle à intensifier la lutte pour libérer définitivement notre pays des
criminels.

Ensemble unis et solidaires, nous vaincrons.

Conakry, le 23 Mars 2020

Ceci pourrait vous interesser

Réunion de Dalein, Abé, Makalé et Cie: voici la déclaration qui a sanctionné la rencontre 

Le Collectif des candidats à l’élection présidentielle du 18 octobre 2020 s’est réuni le jeudi ...