Home / Libre Opinion / 1er mandat de la 4e République : Dieu, le peuple et le Président ! (Par Tibou Kamara)

1er mandat de la 4e République : Dieu, le peuple et le Président ! (Par Tibou Kamara)

Certains Guinéens marcheraient-ils sur la tête, ou seraient-ils aveuglés par leurs ambitions au point de ne plus croire en rien ? Allant jusqu’à détester et rejeter tout le monde, se croyant meilleurs et plus méritants que tous, alors qu’ils n’ont pas de références ni de parcours qui puissent, tant soit peu, nourrir de telles prétentions ?

Ce n’est pas nouveau que ce soit toujours ceux qui croient être les dépositaires du peuple et de sa souveraineté, ou les baromètres d’une opinion imaginaire (en réalité leur propre jugement qui est loin d’être innocent et désintéressé), qui se fassent remarquer à la veille du remaniement ministériel annoncé.

Ils confondent leurs pronostics, leurs vœux, leurs espoirs voire désidératas personnels qui relèvent de leurs droits et de leur liberté, à la volonté et la responsabilité du Chef de l’État dont c’est la prérogative constitutionnelle de nommer aux différents postes civils et militaires.

A-t-il besoin de se référer ou consulter quelqu’un pour exercer ce pouvoir discrétionnaire, au-dessus des clameurs populaires et des intrigues de toute nature et ampleur ?

Le professeur Alpha Condé, comme lui-même le rappelle souvent, n’a de comptes à rendre qu’au peuple qui commence par sa famille politique pour s’étendre à toute la Guinée dans sa pluralité et sa diversité, sans exclusive ou pesanteur aucune.

Il a aussi clairement indiqué qu’il n’est pas impressionné par les campagnes médiatiques douteuses, ni influencé par des groupes de pression et d’intérêts sans cesse à l’œuvre. Il demeure un homme responsable et conséquent qui a son libre arbitre, mûrit ses choix et ses décisions, étant uniquement guidé par ses convictions et sa conscience propres. Il n’est l’homme de personne, l’otage d’aucun groupe en particulier. Sa fonction et sa personnalité le distinguent de tous et le placent au-dessus de la mêlée.

L »histoire est trop récente pour être oubliée de sitôt, ou réécrite dans l’indifférence des acteurs et des témoins connus et anonymes. Chacun a eu l’occasion de faire son choix et de s’assumer pleinement. Aujourd’hui, si on peut dire que certains ont gagné leur pari, d’autres sont passés à côté d’une opportunité politique, même s’ils tentent désespérément de se raviser. Comme chacun avait choisi son chemin, chacun doit pouvoir assumer son choix, quoi qu’il arrive pour une question d’éthique comportementale et de cohérence politique.

Le pays a connu une succession d’élections dans un climat de bataille politique rangée. D’un côté, ceux qui ont souhaité l’alternance démocratique, et parfois ont appelé ouvertement à un changement de régime à n’importe quel prix et par tous les moyens. De l’autre, le Président, ses collaborateurs et ses soutiens qui, malgré l’hostilité et toutes les adversités, ont pris leurs responsabilités pour défendre les droits des citoyens, les acquis démocratiques et la sécurité de l’État.

Après toutes les péripéties et les épreuves traversées dans la solitude pour beaucoup et l’incertitude pour le pays, Dieu a tranché, le peuple s’est prononcé : le professeur Alpha Condé est élu pour un nouveau mandat. Maintenant que la parenthèse des tensions de la course au fauteuil présidentiel se referme, et que le temps semble venu de pardonner les offenses et d’oublier les rancœurs, le pays est confronté à un débat qui n’a pas sa raison d’être, car suscité et alimenté par ceux qui voudraient récolter ce qu’ils n’ont pas semé : à savoir qui est méritant ou ne le serait pas ou qui est plus légitime que l’autre pour des fonctions particulières. On invoque, tour à tour, un vœu de l’opinion ou une attente du peuple qui vient à peine de s’exprimer et plusieurs fois, à l’occasion, en élisant un Président qui a sa confiance pour conduire les destinées du pays.

C’est connu de tous, même si l’on feint de l’ignorer et à dessein, le décret est du domaine réservé du Président de la République et n’est guère aliénable. Après avoir reçu le vote-quitus du peuple, seul Dieu, désormais, peut inspirer le Professeur Alpha Condé dans ce qu’il décidera pour la Guinée et voudra pour chacun.

Quand le comprendra-t-on enfin, pour la sérénité de chacun, la paix pour le Président et le bonheur du pays ?

En tout cas, ceux qui manifestent le souhait d’une rupture – avec quoi ? avec qui ? –  ou prônent l’avènement  » d’autres » avec sans doute l’espoir d’être parmi les  » élus”, sont souvent ceux-là mêmes qui prédisaient la fin du régime et le pire pour ses alliés et acteurs, il n’y a pas si longtemps de cela.

C’est de la politique, dira-t-on, soit, mais va-t-elle  jusqu’à croire que  » l’enfer, ce sont les autres », ou que c’est en changeant tout et tout le monde que le pays se portera mieux ou que le « peuple » sera comblé,  dans la logique égoïste du « ôte-toi de là que je m’y mette » ?

Heureusement que la Guinée n’est pas isolée du monde où chacun voit ce qu’il s’y passe, et que le Président Alpha Condé a une meilleure connaissance du pays, des hommes et des femmes pour savoir, comme il le dit, où il va, comment et avec qui. Loin de la furie et de la fureur de toutes les spéculations et de tous les bruits dans la cité.

La voix du peuple est la voix de Dieu, les décisions et les choix du Président sont l’émanation du peuple qui l’a investi de sa confiance et une inspiration de Dieu, maître du temps et de l’univers.

 

Tibou Kamara

Ceci pourrait vous interesser

Crise politique : Cellou Dalein « échange » avec un diplomate Onusien…

Le principal opposant au régime de Conakry a échangé vendredi avec un diplomate Onusien en ...