Home / Actualité / Echos de nos régions / Crise dans l’éducation : l’intersyndicale FSPE-SLECG-SNE favorable à l’invitation du Gouvernement

Crise dans l’éducation : l’intersyndicale FSPE-SLECG-SNE favorable à l’invitation du Gouvernement

Déclaration de l’intersyndicale de l’éducation : FSPE-SLECG-SNE

L’intersyndicale de l’éducation accueille favorablement le communiqué du ministre du travail relatif à l’invitation de toutes les structures syndicales de l’éducation à la fonction publique le lundi 27 Janvier 2020 à 14h, pour discuter des maux qui gangrènent notre système éducatif et surtout de l’amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants.

Cependant nous tenons à informer l’opinion nationale et internationale que cette invitation de l’intersyndicale  ne vise aucunement pas saper les efforts  de lutte d’une autre structure syndicale mais à résoudre définitivement les différentes crises scolaires récurrentes en vue du retour de la stabilité dans nos concessions scolaires.

Par ailleurs l’intersyndicale a déposé un mémorandum au niveau de l’inspection générale de l’éducation depuis le 29 Janvier 2019. Des  négociations avaient été ouvertes et interrompues.  Il est alors nécessaire d’éclairer la religion des uns et des autres, que n’étant pas signataire du protocole d’accord tripartite du 10 Janvier 2019, l’intersyndicale ne discutera jamais de la problématique de l’assainissement du fichier du personnel de l’éducation.

 Nous rappelons à nos camarades signataires de ce protocole d’accord tripartite que nul n’a le monopole du syndicalisme enseignant en république de guinée.  La liberté syndicale est un droit constitutionnel tout comme le droit de grève et la liberté de travail.

Par conséquent nous rappelons également aux uns et autres que seule une unité syndicale  peut permettre véritablement d’améliorer les conditions de vie et de travail des enseignants. Il est temps pour nous de sortir de nos querelles de chapelle, d’égo et de leadership pour voir en face la précarité de vie des enseignants. C’est de cela les enseignants de guinée ont besoin.  Par ailleurs à cause de nos guerres d’égo, ces braves enseignants commencent à douter de notre capacité à les rendre heureux. Et de l’autre côté, l’opinion nous qualifie de syndicats, soit du gouvernement, ou de l’opposition et  du FNDC.

Il est grand temps de mettre balle à terre en vue de sortir de cette situation qui n’honore personne.

  Vive l’école guinéenne

Vive l’intersyndicale

Vive l’unité syndicale

Pour que vivent décemment les enseignants de Guinée.

Ceci pourrait vous interesser

Jeunes politiques, sommes-nous une alternative rassurante ? (Par Aliou Bah)

Au regard de la complexité socio-politique, des immenses défis à relever et du déficit chronique ...