Home / Tribune / Décès du Général Facinet Touré : l’hommage d’Abdoulaye Condé

Décès du Général Facinet Touré : l’hommage d’Abdoulaye Condé

Le 03 avril 1984, une semaine après le brutal décès du Président Ahmed Sekou Touré, le 26 mars à Cleveland aux États-Unis et 4 jours après l’inhumation du Père de l’indépendance Guinéenne, le Vendredi 30 mars au Mausolée des Héros de Camayenne devant un parterre de Chefs d’état, de chefs de Gouvernement et de personnalités venus des 5 planètes du monde, les Guinéens et le monde se réveillent avec la voix, sur les antennes de la Voix de la Révolution, d’un Capitaine de 50 ans annonçant la chute du régime du Parti-État que symbolisait le PDG et la prise du pouvoir par l’Armée Guinéenne sous la bannière du CMRN dont il était l’un des éléments essentiels. Cette voix, celle de Facinet Touré, celui qui deviendra le Ministre des Affaires Étrangères du tout premier Gouvernement des Colonels Diarra Traore (Premier ministre) et Lansana Conté (Président de la République) formé le 05 avril 1984 et qui occupera, au fil des décennies, de nombreuses autres fonctions de premier ordre dans l’appareil d’état, s’est éteinte à jamais ce lundi 14 juin 2021 à Conakry à 87 ans.

Promu Général d’armée sous le Capitaine Moussa Dadis Camara et médiateur de la République nommé par le Président Alpha Condé en 2010, le Général Facinet Touré s’est révélé, dans le régime du CMRN, comme le plus farouche pourfendeur du régime du Président Ahmed Sekou Touré au point d’être sévèrement recadré par les Présidents Julius Nyerere de Tanzanie et Kenneth Kaunda de Zambie, après une sortie très virulente du nouveau Chef de la diplomatie Guinéenne contre le premier Président Guinéen à la Tribune du sommet de l’OUA en 1984 à Addis-Abeba contre le premier Président Guinéen.

Ce sommet, que devrait accueillir la Guinée et pour lequel le Palais des Nations et la Cité de L’OUA ont été construits, avait été déplacé à Addis Abeba au dernier moment quand les nouveaux Maîtres de Conakry ont estimé ne pas être en mesure de l’organiser.

Quand le Capitaine Facinet Touré, représentant le nouveau régime Guinéen, monte pour la première fois à la Tribune d’un Sommet Africain, il se livre à un réquisitoire très macabre du Président Ahmed Sekou Toure que les deux figures du panafricanisme que sont les anciens défunts Présidents Tanzanien et Zambien trouvent injustes, injurieux et indécents pour la mémoire d’un des leur considéré comme un Patriote Africain inattaquable à la Tribune de l’OUA dont il était l’un des artisans de premier ordre.

Rival du Premier ministre, le Colonel Diarra Traoré et intime ami du Président Lansana Conté dont il était le plus proche, le Capitaine Facinet Touré a été l’un des acteurs du premier remaniement, le 18 décembre 1984, du régime du CMRN qui a mis fin au poste de Premier ministre avec la création de 4 Ministères d’États précédé d’un mémorable discours du Président Président Colonel Lansana : “J’ai décidé de couper les branches pourries”.

Dans ce Gouvernement où le Premier ministre, le Colonel Diarra Traoré a été rétrogradé au rang de Ministre d’État, chargé de l’éducation nationale, le Capitaine Facinet Touré a été, lui, élevé Ministre D’État, chargé des Affaires Étrangères et de la Coopération internationale, un département arraché à son autre rival le Capitaine Fodé Momo Camara, un ami et proche du Colonel Diarra Traoré, les 2 ont été formés à Kati avec les anciens Présidents du Niger ( le Général Seyni Kountche) et Béninois (le Général Mathieu Kérékou).

Les 2 autres Ministères d’États sont revenus au Capitaine Jean Traoré (Mines et Géologies) et Capitaine Mamadou Balde (Fonction Publique). C’était la grande victoire du Capitaine Facinet Touré sur le Colonel Diarra Traore, qui n’a été informé de la nouvelle structure Gouvernementale qu’à quelques minutes de l’acheminement de la bande sonore du discours du Colonel Lansana Conté et du Décret Présidentiel à la RTG pour sa diffusion à 19 heures 45, ce 18 décembre 1984. Cette restructuration accentua la rivalité entre un Capitaine Facinet Touré, triomphant et de plus en plus influent comme le désormais nouveau numéro 2 du régime et un Colonel Diarra Traoré, humilié et affaibli dans un système où ses proches ou considérés comme tels ont été systématiquement écartés.

Mais, après les événements du 04 Juillet 1985, avec le coup d’état raté du Colonel Diarra Traoré arrêté et exécuté avec beaucoup d’autres officiers et sous officiers, le Président Lansana Conté, promu Général, certainement sous le choc des réactions, s’organise minutieusement et discrètement pour changer de gouvernement et se débarrasser de ceux qui incarnaient la ligne dure de son régime. C’est le début de la mise à l’écart et de la descente aux enfers pour le Capitaine Facinet Touré.

Ainsi, le 22 décembre 1985, le Général Lansana Conté procède à une totale refonte du régime et du Gouvernement. Après un discours programme axé sur de profondes réformes politiques et économiques notamment l’abandon du Syli, la monnaie héritée du régime défunt et le retour à la Zone du franc Guinéen, le Gouvernement est civilisé et des caciques du CMRN dont le Capitaine Facinet Touré, rétrogradé Gouverneur de la Province de Zérékoré à son tour sont limogés et éloignés de Conakry.

Malgré un retour au ministère de la Justice quelques années plus tard, la rupture avec son ami Lansana Conté était entamée. Elle se concrétise par sa démission de l’armée, la création de son parti, son adhésion à l’opposition et sa candidature à la première élection pluraliste du 19 décembre 1993.

Il était l’oncle de mon épouse, Mariama Camara, le beau père de mon cousin Dr Mamoudou Condé, époux de sa première fille Hadja Jeanne Touré.

VEUILLE ALLAH, NOTRE CRÉATEUR, l’accueillir dans son éternel Paradis. Amen !

Abdoulaye Condé

Ceci pourrait vous interesser

Recyclage des dignitaires du régime Condé: 14 organisations de la société civile expriment des inquiétudes

Conakry, le 18 octobre 2021 Déclaration de la Société civile sur le recyclage de certains ...