Home / Société / Guinée : le Covid-19 et nous, se prémunir ou mourir ! (Ma lecture de la situation)

Guinée : le Covid-19 et nous, se prémunir ou mourir ! (Ma lecture de la situation)

Tant qu’on ne se prendra pas au sérieux dans la lutte contre le covid19, la Guinée sera au-devant. Moi qui croyais que Ebola suffisait comme leçon pour le guinéen, je me vois trompé par mes propres analyses.

Il faut à un certain moment que nous soyons plus rigoureux, aller à l’extrême, voir réprimer toute tentative de déstabilisation de certaines décisions. Nos policiers et gendarmes qui se plaisent dans les forêts de Coyah et Forécariah pour 50.000 par véhicule à laisser les gens partir vers l’intérieur.

Ces chauffeurs qui se vantent d’avoir bravé l’autorité pour avoir corrompu un agent ‘’mentalement en souffrance’’, le tour est loin d’être joué. Nous sommes à 1351 cas confirmés ce jour (officiellement) pour 313 guéris et 7 décès avec une moyenne de 80 cas de plus chaque jour. Est ce qu’on se rend compte du danger qui nous hante ? Est ce qu’on sait combien de fois nous avons une disponibilité de prise en charge limitée dans nos hôpitaux ? Est ce qu’on se rend compte qu’il n’y a pas de médicament pour traiter cette pandémie ? Non, je ne crois pas. Il y a surement une autre manière de le faire comprendre.

L’armée en appui, limiter les accès aux centres commerciaux, fermer les marches non essentiels et passer à un confinement total de Conakry pour au moins une semaine.

Le problème est sanitaire, il faudra le traiter comme tel. A l’hôpital, on ne demande pas l’humeur d’un patient pour l’administrer une piqure, on l’oblige. La population guinéenne est en phase de se doter du titre de la capitale la plus contaminée de la CEDEAO et les chiffres l’attestent. Jusque-là, nous ne sommes pas conscients. On te parlera si tu insistes du pourcentage faible de décès. Oui, mais ce chiffre est une sorte d’alerte à comparer aux nombres d’hospitalisés et déclarés. Il faut y réfléchir.

Le gouvernement doit être plus ferme ?

Le communiqué du gouvernement du 30 avril 2020 doit être accompagné de mesure sévère et punitive. La fameuse phrase ‘’Tolérance Zéro’’ n’a pas meilleure place que maintenant. Il faut sortir les gants, obliger les gens au respect des mesures et sanctionner les plus rétractés. Avec le Covid19, il n’y a pas de prolongation. C’est soit tu maitrises ton sujet ou tu subis les conséquences. Et chez nous, nous ne sommes pas prêts pour un tel jeu.

Protection et appui aux plus démunis ?

Avec les 4 millions de masques subventionnés par le Président de la République à la Fédération des Artisans de Guinée (FENAG), je crois fermement qu’il faut qu’il soit disponible et accessible à tous. Les denrées de premières nécessités à défaut d’en trouver gratuitement pour certaines familles, il faut veiller à la régulation des prix. Nous sommes au même stade. Le prix de la sardine de 5 000 d’avant Covid par exemple est à 5 000 encore pendant que bon nombre ne travaille pas. Il faut un suivi.

Pour finir, je dirais au peuple de Guinée que sa santé dépend de lui. Respectons les gestes barrières : Lavons-nous les mains, évitons de se serrer les mains, masquons-nous.

Amadou Tidiane BAH
@bahoro09

Ceci pourrait vous interesser

Alpha Condé réélu pour une troisième fois : L’UFDG rejette les résultats de la CENI et annonce des actions…

Le parti de Cellou Dalein Diallo conteste les résultats de la présidentielle du 18 Octobre ...