Home / Actualité / Echos de nos régions / Ibrahima Kourouma sur les démolitions à Kaporo rails, Kipé 2 : ‘’personne n’a réagi jusqu’à aujourd’hui’’

Ibrahima Kourouma sur les démolitions à Kaporo rails, Kipé 2 : ‘’personne n’a réagi jusqu’à aujourd’hui’’

Face à la presse ce lundi, le ministre de la Ville et de l’Aménagement du Territoire s’est confié sur les démolitions survenues au centre directionnel de Koloma, notamment à Kaporo rails, Kipé2 et Dimesse. Dr Ibrahima Kourouma, semble peindre en rose, les récupérations des domaines de l’Etat, parmi les acquis de son département.

Les déguerpissements dans ces différentes parties de Ratoma ont créé de l’émoi chez plusieurs citoyens, associations, et observateurs. Mais, à en croire le ministre Kourouma, qui brandit cela comme un trophée de guerre, les démolitions survenues au centre directionnel de Koloma, sont parties de la volonté du gouvernement de récupérer les domaines appartenant à l’Etat.

« Il n’y a aucune raison derrière les opérations de démolitions, il faut que cela soit claire. Ce n’est pas Koloma seul et ça ne se limitera pas là » déclare-t-il.

L’objectif du gouvernement dit-il, c’est de faire en sorte que ce qui lui appartient soit récupéré afin que dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie du cadre guinéen, que ces espaces-là soient récupérés pour que le pays puisse se développer.

« Koloma est un centre directionnel. Donc à ce niveau, c’est un domaine de l’Etat que nous récupérons. Il n’y a aucune arrière-pensée derrière », soutient le chef du département de la ville et de l’Aménagement du Territoire, qui a essuyé des vagues de critiques pendant et après la période de démolitions.

Sur les cas des dédommagements, Ibrahima Kourouma est plus que jamais ferme. Depuis le début des opérations, accuse-t-il, personne ne s’est présenté à son département, avec des documents justifiant l’appartenance d’un quelconque domaine.

« Il y a eu un communiqué qui est passé pour dire que tout ceux qui ont des documents peuvent venir au ministère de la ville et de l’aménagement du territoire, pour examiner les documents et s’ils sont légaux, l’Etat prendra la responsabilité de pouvoir les dédommager. Mais, personne n’a réagi jusqu’à aujourd’hui», précise le chef du département.

Nous y reviendrons

Madiou BAH

Ceci pourrait vous interesser

Jeunes politiques, sommes-nous une alternative rassurante ? (Par Aliou Bah)

Au regard de la complexité socio-politique, des immenses défis à relever et du déficit chronique ...