Home / Actualité / Echos de nos régions / Macenta : le CSDF invite l’Etat à trouver une solution au conflit entre Tomas et Manias

Macenta : le CSDF invite l’Etat à trouver une solution au conflit entre Tomas et Manias

Le CSDF (Conseil Supérieur de la Diaspora Forestière) déplore les violences interethniques qui ont opposé les Tomas aux Manias, dans la ville de Macenta, entre le 26 et 27 décembre, 2020 ; cette violence aurait fait, selon une source officielle, 11 morts et 30 blessés, dont certains dans des états critiques. Au moment de la publication de la présente déclaration, le calme serait revenu dans la ville grâce à l’intervention des forces de sécurité nationales. Le CSDF interpelle les Tomas et les Manias à faire preuve de retenue et de maturité, sur fonds de leurs mémoires collectives qui remonte à plusieurs décennies.

Compte-tenu du gravissime poids sociohistorique et juridique de la récurrente crise inter-ethnique qui perdure, notamment depuis 1990, le CSDF estime qu’il est impérieux d’y trouver une solution pérenne. L’usage d’approche dite de « sparadraps », qui consisterait à couvrir cette plaie chronique sociale, sans en extirper les causes profondes, ne serait pas efficace. Il n’y apporterait qu’une solution éphémère, au détriment de la paix dans cette ville.

Faut-il préciser que les Tomas et les Manias sont des entités sociales dont la complémentarité est d’une nécessité cardinale. Leur collaboration les construits TOUS ; et leur inimitié les détruits TOUS. Toutefois, il appartient aux autorités de l’Etat de puiser dans la vérité historique pour apporter une solution définitive parce qu’ancrée sur des évidences immuables.

Aussi, c’est l’occasion de demander à certaines personnalités zélées du régime actuel d’éviter de s’ingérer dans la définition du leadership traditionnel en Guinée Forestière. Cette manœuvre, à laquelle elles ne se livrent pas en Haute Guinée, Basse Guinée ou encore moins en Moyenne Guinée, contribue à y catalyser les engagements inter-ethniques. Le CSDF est d’avis que dans la phase post-électorale actuelle, le régime devrait plutôt s’employer à cultiver un climat de stabilité socioéconomique ; cela pourrait retremper, dans une certaine mesure, son statut de leadership national.

 

Dr. Antoine Akoi Sovogui

Président

Conseil Supérieur de la Diaspora Forestière (CSDF)

Ceci pourrait vous interesser

LDC : Horoya déchante, les Kaizer Chiefs derniers qualifiés !

Les 8 qualifiés pour les quarts de finale de la Ligue des champions africaine sont ...