Home / Tribune / Tribune : Non, Madame Hawa Djan Doukouré! Le Professeur Alpha Condé ne veut aucunement tuer votre mari

Tribune : Non, Madame Hawa Djan Doukouré! Le Professeur Alpha Condé ne veut aucunement tuer votre mari

Dans une tribune publiée ce Vendredi ,30 Juillet 2021, sur des sites d’information, intitulée : « Alpha veut faire de moi une jeune veuve en tuant mon mari! », Madame Hawa Djan Doukouré, l’épouse de Foniké Manguë, exprime ses appréhensions par rapport à l’état de santé de son mari qui s’est dégradé depuis un certain moment, tout en taxant le régime du Professeur Alpha Condé de dictatorial, de sans-cœur.

Madame, nous comprenons parfaitement votre souci par rapport à l’état de santé de votre mari. Mais, ce n’est aucunement en accusant les autorités que vous obtiendrez la libération de votre mari. Une femme intelligente, aurait choisi une option plus intelligente pour demander la libération de son mari. Mais, pas en s’attaquant continuellement au régime comme vous le faites depuis un bon moment, parce que là, vous emprunter une très mauvaise piste.

En réalité, à analyser vos propos, on doute de vos motivations réelles. Est-ce vous voulez réellement obtenir la libération de votre mari ?

Pour plus d’un qui ont lu votre tribune ce matin, vous cherchez plutôt à enfoncer Foniké Manguë. Une femme dans une telle situation comme vous, aurait plutôt pris le profil bas en explorant toutes les voies pacifiques pour obtenir la libération de son mari.

Vous affirmez, Madame, dans votre sortie que le pouvoir du Président Alpha est dictatorial et n’a pas de cœur. Si tel était réellement le cas, pensez-vous qu’on serait là aujourd’hui ? Dans un régime dictatorial, savez-vous comment ceux qui défient l’État sont traités?

Madame, que vous l’admettiez ou pas, le régime du Professeur Alpha Condé est, en terme de droits de l’homme, l’un des meilleurs de la Sous-région. Pour preuve, aucun des hommes politiques en conflit avec la loi n’a encore affirmé qu’il a été maltraité en prison. Madic 100Frontières, Grenade et autres l’ont tous dit et redit qu’ils ont bénéficié de bons soins pendant leur séjour carcéral. Les sieurs Gaoual Diallo, Cherif Bah et autres, qui viennent de bénéficier d’une liberté conditionnelle, n’ont aussi dit le contraire de cela.

Aussi, vous affirmez, parlant de votre mari,  que « les médecins ont décidé de le tuer à petit feu sous les ordres d’Alpha Condé, son PM et son Ministre de la justice » .Avez-vous les preuves de ces allégations, Madame ?

Madame, vous ferez mieux de faire attention aux dénonciations calomnieuses que vous tenez, au risque de vous exposer à des poursuites judiciaires. Je vous donne ces conseils parce que je suis convaincu que vous prêtez flan aux manipulateurs qui ne cherchent qu’à enfoncer votre mari.

Sachez Madame, que bien avant vous, d’autres ont utilisé sans succès des propos diffamatoires, d’intimidation à l’encontre du pouvoir. Bref, une femme ne doit pas s’inscrire dans une logique de violence.

Si ce régime voulait réellement tuer votre mari comme vous l’affirmez, pensez-vous qu’il bénéficierait des soins médicaux ?

Madame, quand une bataille est perdue à jamais, la meilleure option consiste à prendre le profil bas. Ce ne sont aucunement ces sorties intempestives et provocatrices qui tireront votre mari des mailles de la Justice. Œuvrez plutôt intelligemment pour la libération de votre mari, car ceux qui vous conseillent ces critiques acerbes ou qui vous prêtent ces mots durs à l’encontre du régime, ne vous aiment point. Ils veulent tout juste clouer davantage votre mari.

D’ailleurs, qu’avez-vous fait, Madame, le jour où votre mari a pris la résolution de mesurer ses côtes à celles de l’État ? Qu’avez-vous dit quand ils (les membres du FNDC) menaçaient la paix?

De l’autre, je voudrais humblement demander aux autorités judicaires, à l’image des quatre lieutenants de l’UFDG, les sieurs Ousmane Gaoual Diallo, El Hadj Chérif Bah, Cellou Baldé, Abdoulaye Bah, d’accorder aussi la liberté conditionnelle à Monsieur Foniké Manguë pour qu’il puisse poursuivre son traitement à la maison.

‘’Une arrogance démesurée face à un pouvoir fort d’arguments, capable de donner les preuves irréfutables des accusations portées à l’encontre de toutes les personnes ayant des démêlés judiciaires, ne fait qu’aggraver et compliquer la situation des accusés dont on cherche à défendre’’, a dit un penseur.

Pour terminer, je souhaite un prompt rétablissement à Monsieur Oumar Sylla alias Foniké Manguë.

 

Sayon MARA, Juriste

Ceci pourrait vous interesser

Libération d’Alpha Condé, transition : Nana Akufo-Addo et Ouattara à Conakry…

Une délégation de haut niveau de la Communauté économique des États de d’Afrique de l’ouest, ...