Home / Actualité / Politique / [Tribune]L’axe doit-il vraiment arrêter de se battre ?

[Tribune]L’axe doit-il vraiment arrêter de se battre ?

Alors que la dictature s’enracine du jour au lendemain en Guinée, j’entends des voix s’élever pour demander aux jeunes de l’axe de cesser de lutter pour l’instauration de la démocratie dans notre pays, au prétexte que dans les autres communes ça ne manifeste pas.

Oui, Zakariaou est tombé mais son président est aujourd’hui ministre sans que la liberté pour laquelle il fut tué ne soit effective. Après lui, des centaines d’autres sont tombés sous les balles féroces de forces de sécurité.

Au moment où la liberté et la démocratie sont plus que jamais menacées par un groupe d’individus sans vergogne, dont le seul souci est de remplir les poches, même s’il faut massacrer tout le peuple, faudrait-il donc tout laisser?  Laisser libre chemin à la dictature et aux dictateurs? Oublier les martyrs couchés à Bambeto, alors qu’ils comptent sur leurs camarades vivant pour terminer leur rêve : une Guinée libre, juste et démocratique ? Les laisser mourir pour rien?

En juin 1940, alors que sous l’occupation allemande, le Marchal Pétain s’apprêtait à signer l’armistice, depuis Londres, le Général De Gaulle a appelé les français à la résistance. Sans cet appel, la France serait aujourd’hui une région d’Allemagne.

De même, Si Soweto avait lâché, l’apartheid aurait demeurée pour toujours, les martyrs seraient morts pour rien, et Nelson Mandela serait certainement oublié dans sa cellule de prison.

À la guerre comme à la guerre, ceux qui gagnent sont ceux qui n’abandonnent jamais. Aujourd’hui de mon point de vue, vouloir emmener les jeunes de l’axe à ne plus s’élever contre la dictature et la mauvaise gouvernance, c’est tacitement faire le travail de ceux qui nous bâillonnent. Car en vérité, ce qu’ils veulent, c’est voir tout le monde se courber devant leur chemin. Ils veulent exactement que Ratoma soit comme Kaloum ou ailleurs où un sac de riz suffirait pour se maintenir à vie au pouvoir. Que tout le peuple meure de misère, tant pis !

Nul n’ayant vu un animal s’apitoyer sur son sort, je dirai que plus que jamais l’axe doit résister, que les autres communes doivent rejoindre le combat, que la Guinée et les guinéens doivent se battre pour la liberté, pour la justice et pour la démocratie.

Même quand personne ne croit plus, ce combat doit continuer, l’axe doit le continuer. J’ai dit.

Par Alpha Abdoulaye DIALLO

Ceci pourrait vous interesser

Le Prix RFI Théâtre 2020 décerné au Guinéen Souleymane Bah pour «La Cargaison»

« Je suis arrivé à l’écriture théâtrale par effraction. » L’auteur et metteur en scène Souleymane Bah, ...