Home / Actualité / Justice / Trois journalistes condamnés en Guinée : la Loi sur la liberté de la presse assassinée !

Trois journalistes condamnés en Guinée : la Loi sur la liberté de la presse assassinée !

Trois journalistes guinéens ont été condamnés mercredi par un tribunal de Conakry à deux mois de prison assorti de sursis et au paiement d’un montant de 500.000 GNF. La décision de justice est largement dénoncée dans le paysage médiatique du pays.

Ce sont Thierno Maadjou Bah, Sidy Diallo, Ibrahima Lincoln Soumah, tous des chroniqueurs de l’émission « Africa 2015 » de la Radio Nostalgie. Nos confrères qui sont accusés de diffamation, ont été retenus dans les liens de la culpabilité. Ils écopent ainsi de deux mois de prison assorti de sursis et au paiement de 500.000 GNF.

Dans la presse, la décision de justice est perçue comme une offense à l’endroit de la Corporation, puisqu’en lieu et place de la loi sur la liberté de la presse, qui encadre les délits de presse, la justice s’est référée du code pénal pour juger les trois journalistes.

Dans quelques heures, les associations de presse, qui annoncent une rencontre d’envergure, vont statuer sur la question et projeter des actions de protestation à travers une déclaration conjointe, a-t-on appris.

Pour Aboubacar Camara, président de l’Union des Radios et Télévisions Libres de Guinée, les associations de presse ne peuvent nullement laisser passer cette affaire.

« Il faut que chacun de son côté se lève pour faire comprendre aux juges que lorsqu’on parle de journalistes, il faut d’abord savoir le canal de la commission des faits. Si c’est par voie de presse ou autre », prévient le successeur de Sanou Kerfala Cissé à la tête de l’URTELGUI.

A suivre…

Reveilguinee.info

Ceci pourrait vous interesser

Décrispation de la crise politique en Guinée : Cellou Dalein échange avec des diplomates de l’UE

Plongé dans un rude bras de fer polico-judiciaire très rude avec le pouvoir de Conakry, ...