Home / Actualité / Echos de nos régions / Urgent/Grève du SLECG : Plusieurs camarades d’Aboubacar Soumah arrêtés à Conakry

Urgent/Grève du SLECG : Plusieurs camarades d’Aboubacar Soumah arrêtés à Conakry

Nous venons de l’apprendre. C’est une information de dernière minute. Plusieurs Camarades d’Aboubacar Soumah viennent d’être arrêtés ce samedi 11 janvier 2020 à Conakry. Une dizaine d’enseignants ont été mis aux arrêts au Lycée Bonfi, puis conduit au commissariat central de proximité, alors qu’ils étaient venus défendre un de leur camarade, a appris Globalguinee.info.

Tout est parti d’une rencontre tenue au siège du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée, quand une nouvelle a fuité, comme quoi, un syndicaliste aurait été déshabillé par le provisoire du Lycée Bonfi, devant ses élèves. Irrités, les enseignants ont décidé de dépêcher une délégation pour s’enquérir des réalités du terrain.

« Au siège, on a appris que le proviseur a déshabillé un de nous, un enseignant, un professeur de Mathématique devant les élèves. Chose qu’on n’a pas apprécié. Alors, on a pris une délégation, il était question de partir, demander à Monsieur le Proviseur pourquoi cela ? Si on peut mettre à nu un enseignant. C’est quand même un cadre supérieur de l’Etat » a confié en exclusivité Lamine Soumah, le coordinateur général adjoint du Slecg dans la commune de Matam.

L’arrivée de la délégation syndicale à Bonfi a irrité l’ire du Proviseur, qui se sent fort dans sa zone d’intervention. Soudain, il fait appel aux forces de l’ordre, qui sont à leur tour, venues cueillir les camarades d’Aboubacar Soumah.

« La délégation est arrivée. On était dans la cour. Monsieur le Proviseur qui arrête les gens, il appelle la sécurité de Bonfi pour mettre les enseignants dans une Pick-up, pour les amener au commissariat de Bonfi. Ce qui est inacceptable par le Slecg » dénonce ce responsable du puissant syndicat de l’éducation à Matam.

En colère, Lamine Soumah ajoute qu’il est inacceptable qu’un proviseur profère des menaces à l’encontre des enseignants, pour des raisons politiques.

« Il est inacceptable dans un pays qu’un proviseur dise qu’il va égorger le coordinateur général du SLECG de Matam. Il l’a dit devant tout le monde. Il dit qu’il travaille pour le RPG et conséquemment, il est venu pour faire taire la grève. Il dit qu’il égorgerait quiconque qui se serait mis au service de Monsieur Soumah. On a les preuves. Il a dit qu’il est un fervent serviteur du RPG. Nous on est prêt à dire à monsieur le proviseur qu’on est apolitique et on est prêt à aller jusqu’au bout pour que justice soit faite et que nos collègues soient libérés sans délai » a-t-il déclaré, avant de préciser le nombre exact de syndicalistes mis aux arrêts.

« Ils sont une dizaine d’enseignants à être arrêtés. Moi qui vous parle comme ça, je suis confiné quelque part et je ne peux pas dire où je suis, pour ne pas qu’on me cueille aussi. Ça veut dire tout simplement que c’est une chasse aux sorcières contre les enseignants. Mais nous sommes prêts à aller jusqu’au bout » précise Lamine Soumah, qui a été interrogé par un journaliste de Globalguinee.info.

Ces arrestations interviennent deux jours seulement après le déclenchement de la grève générale illimitée par le Slecg dirigé par Aboubacar Soumah, qui revendique auprès du Gouvernement une augmentation salariale, à hauteur de 8 millions de nos francs. Une grève, qui a déjà couté la vie à deux civils dont une élève.

A suivre…

Alpha Madiou BAH 

(+224) 621 861 269

Ceci pourrait vous interesser

Jeunes politiques, sommes-nous une alternative rassurante ? (Par Aliou Bah)

Au regard de la complexité socio-politique, des immenses défis à relever et du déficit chronique ...