Home / Actualité / Politique / Guinée/Présidentielle : la ‘’bataille’’ pour l’électorat des régions plus que jamais engagée !

Guinée/Présidentielle : la ‘’bataille’’ pour l’électorat des régions plus que jamais engagée !

En Guinée, il n’est de secret pour personne qu’à l’approche de chaque élection notamment présidentielle, les hommes politiques se rapprochent davantage des coordinations régionales, des sages, pour mieux séduire ou dompter leur électorat. Pour ce qui concerne l’élection présidentielle du 18 octobre 2020, tenez, la bataille pour le contrôle de l’électorat des régions semble plus que jamais engagée.

Si à Conakry, Alpha Condé aura pour principal challenger Cellou Dalein Diallo à cette élection présidentielle, il faut dire que dans les régions administratives, rien n’est encore joué. Les calculs sont du jour au lendemain approfondis, les acteurs politiques multiplient les rencontres avec les autorités morales du pays.

En Basse Guinée, le combat s’annonce rude…

La bataille pour le contrôle de la Basse Guinée en prélude à l’élection présidentielle du 18 octobre fait rage. Chez les candidats en lice, c’est la course aux soutiens pour maximiser les chances de victoire.

Alpha Condé qui est plus que jamais lâché par Elhadj Sékhouna Soumah, ce dernier qui affiche avec détermination son opposition à la candidature pour un troisième mandat du président sortant guinéen, l’opposant historique, arrivé au pouvoir en 2010 avant d’être reconduit en 2015, devra désormais compter sur le soutien indéfectible d’Elhadj Souna Yansané l’autre « Kountigui de la Basse Guinée, rival d’Elhadj Sékhouna Soumah.

D’ailleurs, Alpha Condé qui s’est entretenu avec les sages de la Basse Guinée ce mercredi 09 septembre 2020, a obtenu le soutien de ces derniers. La messe est donc dite.

Dans cette région où Cellou va aussi puiser un électorat, il faut dire qu’un candidat ressortissant de la région devra jouer sa partition. Abdoul Kabèlè Camara, ancien ministre d’Alpha Condé, va également chercher à puiser son lot d’électeurs.

Sidya Touré et Mamadou Sylla qui n’iront pas à cette élection devront quant à eux, jouer un rôle déterminant. Le premier, qui est le leader de l’UFR, même si sa base lui a lâché, pourrait donner des consignes de vote à l’endroit d’un candidat : Soit Cellou, soit Alpha. Mais puisque opposé au troisième mandat, très actif au sein du FNDC, l’ancien haut représentant du chef de l’Etat sera amené à faire un choix difficile n’ayant point pris part à la présidentielle.

Au-delà de la coordination, Alpha Condé peut impérieusement compter sur les accompagnements de plusieurs de ses ministres, ressortissants de la Basse Guinée, dont le premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, originaire de Forécariah, par ailleurs son Directeur de campagne. D’autres cadres influents de la région, tels que Malick Sankhon de la CNSS, Kiridi Bangoura Secrétaire Général de la présidence, Aboubacar Makhissa Camara des impôts, qui financent plusieurs mouvements  de soutien, joueront des rôles déterminants.  Sauf par miracle, de voir les habitants de cette région voter contre le locataire du palais Sékhoutouréya.

Au Foutah, fief traditionnel de Cellou, le pouvoir va à l’affront…

Dans cette partie de la Guinée, le parti au pouvoir veut imposer sa marque lors de cette élection. Des ministres de la République, comme Sanoussy Bantama Sow, et de nombreux cadres de la région, des soutiens inconditionnels à Alpha Condé promettent de produire un miracle.

Fief inconditionnel de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), le parti de Cellou Dalein Diallo, le RPG Arc-en-ciel veut s’imposer. Les législatives dernières couplées du référendum constitutionnel, ont été un test pour le pouvoir. Malgré la contestation avec de nombreux morts, le camp présidentiel à quand même eu des électeurs. A Labé, des citoyens ont voté, tout comme à Mamou, ville natale du Ministre d’Etat, Sanoussy Bantama Sow.

Le ring s’annonce féroce pour l’ancien chef de file de l’opposition, Cellou Dalein Diallo. Avec le soutien de la Coordination Haali Poular, des sages et une implantation inédite, les guinéens devinent déjà les résultats de ce scrutin en Moyenne Guinée.

L’UFDG va sans doute l’emporter dans cette partie, mais le RPG tentera de piocher dans le principal fief de Dalein. Avec la nomination de d’Elhadj Lansana Kourouma, patron de la société pétrolière ‘’Nana Télico’’, Alpha Condé veut séduire les sages de la région. L’ancien allié de Lansana Kouyaté du PEDN est très écouté par les coordinations régionales de Mamou. C’est un joker pour le pouvoir.

La Haute Guinée dans la contestation, le pouvoir à genoux 

Ces derniers temps, la contestation dans cette partie du pays s’accentue de plus en plus. Les partisans frustrés du pouvoir demandent la réalisation des nombreuses promesses non tenues. Des réclamations d’ordre sociales alors que le RPG Arc-en-ciel a plus que jamais besoin de Kankan, et de Siguiri, des préfectures ayant un électorat important.

En Haute Guinée, Alpha Condé à un autre adversaire au-delà des partisans frustrés. Dr Ousmane Kaba du PADES, originaire de Kankan, est dans la course pour la présidentielle. Il veut battre le candidat du RPG dans les urnes. Chose qui ne sera point facile. Puisque des concertations se poursuivent entre certains cadres du régime et les autorités morales de la région. Alpha tente de nouer un pacte avec les sages pour être soutenu.

Dans cette région, il faut oser le dire, Cellou Dalein Diallo, principal opposant au régime aura moins de chance de vaincre Alpha Condé. La fibre communautaire de mise, le leader de l’UFDG devra se contenter de ce qu’il aura comme résultat.

Et la forêt ?

C’est le fief le plus important pour le camp présidentiel. Alpha Condé et ses soutiens vont aller à l’affront. Avec l’apport de Papa Koly Kourouma, leader du parti GRUP, allié du RPG, Domani Doré, porte-parole de la mouvance et le très rusé président de l’Assemblée nationale, Amadou Damaro Camara, le chef de l’Etat candidat à sa propre succession, va s’atteler à une tache assez difficile dans cette région : Convaincre les habitants du Sud de la Guinée sur les raisons des nombreuses promesses non tenues par le pouvoir.

Dans cette tâche, Alpha et son parti auront en face Dr Edouard Zoutomou Kpoghomou qui accuse le dirigeant guinéen d’être le responsable de la situation qui lui a été infligée, en l’empêchant d’aller à la présidentielle avec son parti l’UDRP. Très proche de Cellou Dalein Diallo, d’ailleurs qui est son ami de longue date à l’université, Dr Zoutomou, qui a passé de nombreuses années aux Etats-Unis, promet d’empêcher le chef de l’Etat d’avoir des voix en Forêt lors de cette élection, en s’alliant à un autre candidat. Avec Cellou ? Aucune décision n’est prise pour le moment.

Tout de même, il assure qu’en Guinée, chaque formation politique à un bastion.

« Chaque parti politique a un bastion. Vous prenez n’importe qu’elle formation politique, l’UFDG par exemple, c’est la Moyenne Guinée, nous, notre bastion c’est la Guinée forestière. Mais cette fois, comme une première, toute la Guinée forestière s’est alignée derrière un candidat parce que toutes les coordinations ont demandé à ce que cette fois-ci qu’on parle le même langage, qu’on leur présente un candidat. Donc, tous les candidats qui sont ressortissants de la Guinée forestière dont les formations sont reconnues dans tout le pays ont décidé d’aller avec un seul candidat. Ça c’était pour consolider l’électorat à la base. Nous l’avons donc fait, et je suis heureux de vous dire que ce choix était porté sur moi, après toute une série de consultation. Alors puisque c’est nous qui avions été choisi, c’est nous qui dévions ainsi porté le combat de la représentation au niveau des partis politiques. Notre parti a pris ce flambeau et a présenté son candidat au nom du parti, mais pas en parti forestier, qui est un parti seulement dont le leader se trouve être originaire de la Guinée forestière. Si nous ne sommes pas dans la course, cela ne veut pas dire que nous allons nous asseoir et nous taire (…) Nous pensons que le pouvoir veut avoir la mainmise sur la forêt. Vous savez, le pouvoir a toujours misé sur la Guinée forestière, pour rempiler. Quand ça ne va pas, c’est en Guinée forestière qu’ils vont rempiler pour chercher les compléments de vote. Ils l’ont toujours fait parce qu’il n’y avait pas de répondant, il n’y avait pas d’opposants de taille. Disons-nous la vérité, le pouvoir n’a pas peur de l’UFDG en Guinée forestière.  Alors quand ils ont vu justement un fils du terroir se présenter et qui peut être une menace sérieuse à la mainmise de l’électorat de cette zone, ils se sont dit qu’il fallait automatiquement l’éliminé parce que même les réunions sécrètes qu’ils tiennent disent clairement qu’ils vont avoir leur chance, donc il ne faudrait pas que leur candidature passe » a confié Dr Edouard Zoutomou Kpoghomou, en marge d’un point de presse qu’il a animé ce jeudi 10 septembre 2020, à Conakry, à son domicile privé situé à Koloma.

Ces dernières semaines, plusieurs mouvements à connotation communautaire voient le jour. Ils sont souvent financés par des ténors du pouvoir en place. D’autres par contre affiliés à l’opposition, sont dans la logique d’opposition au projet de troisième mandat du président Alpha Condé.

A suivre…

Alpha Madiou BAH

(+224) 621 861 269

Ceci pourrait vous interesser

Conakry: lancement du projet de construction de 10.000 logements sociaux…

Le premier ministre, chef du Gouvernement a officiellement procédé ce lundi 28 septembre 2020, à ...