Home / Actualité / Politique / L’ex ministre Mory Sangaré dénonce : ‘’ de 2010 à 2020, l’UFDG a toujours été à l’origine de toutes les violences…’’

L’ex ministre Mory Sangaré dénonce : ‘’ de 2010 à 2020, l’UFDG a toujours été à l’origine de toutes les violences…’’

Le coordinateur régional du RPG-Arc-En-Ciel de la région de Mamou dénonce le phénomène de ‘’ média-mensonge’’ entretenu de 2010 à 2020 par des activistes de l’UFDG et alliés.

Interrogé par rapport aux activistes qu’il ne cesse de dénoncer, Mory Sangaré puisqu’il s’agit de lui, déclare avoir noté plusieurs cas de violences de la part du parti politique que dirige Cellou Dalein Diallo et dénonce le silence complice de certains médias qui ont opté pour une omerta totale malgré les nombreuses violences enregistrées contre des militants du RPG-ARC-EN-CIEL et alliés dans les régions de Mamou et Labé.

‘’ Le phénomène de média mensonge entretenu par des activistes de l’UFDG est entrain de faire son chemin en présentant le camp d’en face, pouvoir actuel en Guinée, depuis 2010 comme un monstre antidémocratique et violent, ennemi de la paix et de la quiétude sociale. Or, pour qui a vécu l’histoire politique de la Guinée de 2010 à 2020, l’UFDG a toujours été à l’origine de toutes les violences préélectorales, électorales et postélectorales en Guinée.

L’UFDG semble avoir bâti sa stratégie de conquête du pouvoir sur la violence et la désinformation.

Les activistes et loubards et leurs commanditaires de l’UFDG ont toujours réprimé dans le sang et par les flammes les votes en faveur du candidat du RPG-Arc-En-Ciel, Pr. Alpha Condé, dans les deux régions entraînant à travers le pays des répliques vites maîtrisées par les autorités locales.

Ces activistes à la solde de l’UFDG, tentent d’exploiter à fond le concept » média mensonge « , pour présenter l’UFDG et acolytes comme des démocrates non violents et respectueux des lois du pays’’, analyse Mory Sangaré.

Pour illustrer ses propos, Mory Sangaré rappelle les cas de violences enregistrées dans les régions de Mamou et Labé de 2010 à 2020.

‘’A titre d’illustration, suite à la proclamation le 15 novembre 2010 des résultats provisoires du second tour de l’élection présidentielle, à Labé, 53 concessions des militants et sympathisants du RPG Arc-en-ciel ont été saccagées dont plus d’une dizaine de bâtiments incendiés. Les militants et sympathisants contraints, s’étaient réfugiés au camp Elhadj Oumar Tall de Labé. A pita, 30 maisons incendiées et 70 familles ont eu leurs effets personnels ( lits , salons, téléviseurs, valises, armoires, motos, voitures….) incendiés dans de différentes cours du fait qu’elles étaient en location. Ainsi plus de 800 personnes des familles de militants du RPG Arc-en-ciel et alliés étaient réfugiées à la gendarmerie de pita dans le besoin de nourriture, de vêtements et de chaussures.

À Dalaba, 15 concessions ont été attaquées par des loubards de l’UFDG dont 06 incendiées et neufs saccagées avec des objets personnels emportés ou brulés sur place.

Tous les loubards de l’UFDG arrêtés sur les lieux de ces violences en 2010 ont été libérés au nom de la paix et la quiétude avant l’investiture du Président élu, Pr. Alpha Condé’’, a rappelé avec insistance le coordinateur politique du RPG pour la région de Mamou.

En novembre 2010, plus précisément le 16, la maison du coordinateur Mory Sangaré a été incendiée à Pita, et lui-même activement recherché. Il accuse l’UFDG d’être le seul responsable.

‘’ En mars 2020 à Labé, pendant le double scrutins référendaire et législatif , les loubards de l’ufdg ont incendié le palais de justice, l’école primaire de Tâta et la concession familiale du candidat uninominal RPG-Arc-En-Ciel de Labé.
A Dalaba, c’est trois concessions incendiées avec l’assassinat horrible du responsable du RPG-ARC-EN-CIEL de la commune rurale de Ditinn. Quelle cruauté ?

A Pita, les 20, 21 et 23 octobre 2020 suite à l’auto proclamation du candidat de l’UFDG comme vainqueur de l’élection présidentielle du 18 octobre 2020, les loubards de l’UFDG ont incendié 06 concessions à Pita y compris le siège des NFD et encore la maison du coordinateur Mory Sangaré.

Quand le leader de l’UFDG et ses adjoints, à tous les niveaux, dénonçaient la sécurisation de son domicile, ils avaient déjà fini d’incendier lâchement des biens publics et privés dans ces deux régions.
Quand le leader de l’UFDG et ses acolytes dénonçaient la fermeture de leur siège, ils avaient déjà fini d’incendier les sièges des NFD de Mouctar Diallo à Pita et à Conakry.

On ne peut pas, sans conséquences, faire attaquer et incendier des biens privés et publics, s’attaquer aux forces de l’ordre chargées de la sécurité du cortège du Premier ministre en tournée, attaquer et incendier des commissariats, des gendarmeries, des PA militaires où il y a des armes et minutions, s’attaquer aux trains minéraliers et tuer des agents de sécurité chargés de les protéger’’, fait savoir le coordinateur Mory Sangaré.

Plus loin, Mory Sangaré condamne avec fermeté la victimisation de l’UFDG.

Avec lerevelateur224.com

Ceci pourrait vous interesser

Libération d’Alpha Condé, transition : Nana Akufo-Addo et Ouattara à Conakry…

Une délégation de haut niveau de la Communauté économique des États de d’Afrique de l’ouest, ...