Home / Actualité / Investiture d'Alpha Condé / Palais Mohamed V: quand Alpha Condé taquine ses amis chefs d’Etats à Conakry…

Palais Mohamed V: quand Alpha Condé taquine ses amis chefs d’Etats à Conakry…

« L’empereur, le commandant en chef, le jeune doyen », Alpha Condé se livre à un exercice comique en marge de son investiture ce mardi 15 décembre 2020, au Palais Mohamed V. En prononçant ces mots, le président Condé qui a prêté serment pour un troisième mandat de six ans devant une dizaine de chefs d’Etats africains, taquine directement ses pairs du Congo, du Tchad et du Togo, des dirigeants qui, pour la plupart, ont une longévité incontestable à la tête de leurs pays respectifs.

Alors qu’il est lui aussi investi pour un troisième mandat après plusieurs mois de combat rude avec son opposition, Alpha Condé emboîte les pas à Denis Sassou Nguessou du Congo, Idriss Ndeby Itno du Tchad et Faure Gnassingbé du Togo. C’est pourquoi, devant une assistance venue de différents horizons, le dirigeant guinéen s’essaye à un jeu qui est peut être passé inaperçu chez certains, mais qui a un vrai sens.

D’abord, Dénis Sassou Nguessou. À la tête de la République du Congo depuis 1997, date de son retour au pouvoir par une intervention des forces armées angolaises après avoir renversé le président élu Pascal Lissouba dans les premiers mois de la guerre civile du Congo-Brazzaville. Il est actuellement l’un des plus anciens dirigeants en place dans le monde, cumulant 37 années de pouvoir. Alpha Condé le traite d’empereur.

 »Je salue de passage l’empereur, on sait qui c’est l’empereur. C’est Denis Sasoun Nguessou » dira le président Condé. Aussitôt, le concerné tourne la tête et se demande certainement pourquoi cette attitude de son homologue.  »Avec qui nous avons un passé de plus de 40 ans, parfois tumultueux » ajoute Alpha Condé sans ambages.

Ensuite, Alpha Condé salue avec sourire à l’appuie le commandant en chef des troupes africaines, le maréchal Idriss Déby Itno. Ce dernier est le président de la République du Tchad depuis le 4 décembre 1990.

Pour ceux qui ne s’en souviennent encore, Idriss est arrivé au pouvoir le 2 décembre 1990. Avec l’appui de la France, il chasse du pouvoir Hissène Habré et le remplace le 4 décembre avec le titre de président du Conseil d’État. Il est ensuite désigné président de la République du Tchad le 28 février 1991 après l’adoption de la Charte nationale. Il remporte les élections présidentielles de 1996, 2001, 2006, 2011 et 2016. La même année, le 30 janvier 2016, il est élu président de l’Union africaine pour un mandat d’un an.

Idriss Déby Itno est actuellement l’un des plus anciens dirigeants en place dans le monde avec un peu plus de 30 années de longévité au pouvoir. C’est pourquoi, Alpha Condé lui qualifie sans nul doute de Commandant en chef des troupes africaines avec le titre de Maréchal (Sic).

Aussi, Alpha s’adressera à Faure Gnassingbé, le président Togolais depuis 2005, année à laquelle est décédée son père Gnassingbé Eyadema. Jeune président, mais très ancien chef d’Etat. Et le président Condé ne l’oublie pas d’ailleurs. Ce dernier, est lui aussi à la tête du Togo depuis maintenant 15 ans. Il brigue un quatrième mandat en 2020, après avoir raflé les présidentielles de Juin 2005, mars 2010, avril 2015.

 »Je salue aussi le jeune doyen des chefs d’Etats, parce qu’il est plus jeune que nous, mais il est plus ancien que nous dans les fonctions de président. Donc, c’est notre jeune doyen, le président Faure » taquine Alpha Condé.

Mais avant eux, Alpha Condé avait bien pris le soin de s’adresser à son amie de longue date, l’actuelle présidente de l’Éthiopie, Sahle-Work Zewde. Diplomate et femme d’État éthiopienne, elle est présidente de la République depuis le 25 octobre 2018. Elle est la première femme à exercer cette fonction en Éthiopie.

 »Je salue particulièrement ma sœur Sahle, parce que nous avons lutté ensemble dans le mouvement étudiant. Donc nos relations remontent de très loin » révèle le dirigeant guinéen qui se souvient encore de son vécu au sommet de la FEANF.

L’Afrique sera l’avenir du monde…

En panafricain convaincu, Alpha Condé invite ses pairs du continent à se donner les mains pour une Afrique unie et prospère. Mais avant, il rappelle le passé sombre du continent qui lui a valu des siècles de retard face à l’occident.

 »Le Ghana, la Guinée et le Mali étaient le point de départ de l’unité africaine. Nous restons fidèle à notre idéal panafricain, car si l’Afrique est unie avec nos ressources, l’Afrique sera l’avenir du monde. Nous avons raté la première révolution industrielle à cause de l’esclavage, nous avons raté la deuxième et troisième révolution industrielle à cause de la domination coloniale. Si nous voulons être en plein dans la quatrième révolution industrielle et nous le pouvons, il faut que nous soyons fiers de nos pays, fiers de notre souveraineté, fiers de nous-mêmes et savoir que c’est nous-mêmes qui devons prendre nos décisions, alors nous saurons transformer les richesses de nos pays au profit de nos peuples et surtout des plus humbles ( jeunes, femmes, personnes âgées, les handicapés). Je suis certain que c’est la volonté de nos chefs d’Etat qui sont là aujourd’hui » lance dans la foulé Alpha Condé, qui brigue désormais un troisième mandat de six ans.

Le chef de l’Etat guinéen souhaite qu’en dehors de former les ensembles régionaux, que les africains arrivent un jour à mettre en place un État africain.

 »Notre souhait est que nous dépassions nos frontières. Qu’en dehors de former des ensembles régionaux, que nous arrivons un jour à un État africain. Et je pense que Sassou ne démentira pas car il connaît le symbole de la FEANF. Que disait le symbole de la FEANF? C’était le symbole du Roi des Zoo. Une jarre avec des trous. Nous disions : si tous les enfants du royaume prennait leur droit assemblée, bouchés les trous de la zarbe percée, le pays serait sauver. Alors, je compte sur vous, chers frères chefs d’Etats, qui êtes tous soucieux de l’avenir de nos peuples, de notre jeunesse, de nous battre pour nous donner la main et nous unir afin que l’Afrique décide de son destin. Et nous en sommes capables, j’en suis certain. J’espère que nous laisserons dans un avenir futur, une Afrique unie, une Afrique qui sera l’usine du monde » invite le le président Condé, qui sera officiellement installé dans ses fonctions de premier président de la quatrième République le lundi 21 décembre prochain au Palais Sékhoutouréya.

Alpha Madiou BAH

(+224) 621 861 269

Ceci pourrait vous interesser

Crise politique : Cellou Dalein « échange » avec un diplomate Onusien…

Le principal opposant au régime de Conakry a échangé vendredi avec un diplomate Onusien en ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *