Home / Actualité / Economie / Paris/vol de diamant : l’opposante Marie Madeleine Dioubaté apporte d’importantes précisions…

Paris/vol de diamant : l’opposante Marie Madeleine Dioubaté apporte d’importantes précisions…

Qui a offert un diamant d’une valeur de 45 millions d’euros à l’opposante guinéenne, Marie Madeleine Dioubaté ? En tout cas, c’est un  guinéen, à en croire à l’ancienne candidate à la présidentielle de 2015.

Depuis le vol du diamant dont la valeur est rocambolesque, les murmures sur la nature du diamant fusent de partout. L’opposante a donc décidé pour la toute première fois, de se confier à nos confrères de France Info dans une interview. L’opposante explique la façon dont elle s’est faite piquée son diamant. Pas de noms, mais Marie Madeleine Dioubaté jure être la propriétaire de ce diamant qui fait écho en France, dans le pays d’Emmanuel Macron.

Cette prière précieuse dira-elle, l’a été offerte par ses compatriotes qui croient en elle pour changer les choses en Guinée.

« Ils me l’ont donné, les papiers existent », jure-t-elle chez nos confrères de France Info.

« C’est vrai que les Occidentaux ont du mal à comprendre ça, mais il y a des gens qui ont vraiment envie de voir aujourd’hui une femme s’installer dans le fauteuil présidentiel. Ils pensent que j’ai besoin d’un petit coup de pouce, et ils pensent que je suis une femme honnête », a-t-elle confié.

Selon la candidate des Ecologistes de Guinée, l’argent issu de la vente de ce diamant était destiné au financement de sa campagne, et à la réalisation des projets de développement dans un village.

« Le rendez-vous s’est fait en trois temps : la première fois, une personne est venue pour savoir si c’était vrai. La deuxième, dans un hôtel, que j’ai changé à la dernière minute. Mais c’est au troisième rendez-vous qu’une gemmologue, soi-disant de Genève, d’une très grande maison et très classe, est venue, avec un garde du corps. C’est grâce à un tour de passe-passe qu’ils ont volé l’écrin où se trouvait le diamant. L’écrin est substitué, et je ne m’en rends pas compte tout de suite. Je m’en rends compte quelques heures plus tard chez moi, en ouvrant mon sac. Je prends l’écrin, et je vois à la place de la pierre, il y a un vulgaire caillou marron. Pas du cristal, non : un caillou. Je suis effondrée, je mets au moins une demi-heure à réaliser. Je les ai au téléphone en leur disant qu’ils m’avaient volé… Eux me narguent en me disant qu’il faut que je puisse le prouver », a-t-elle révélé dans les colonnes du média français.

A suivre…

Moustapha CONDE

Ceci pourrait vous interesser

La FIFA prend acte de la réintégration d’Amadou Diaby à la Féguifoot… (Copie)

Dans un courrier adressé mardi au secrétaire général de la fédération guinéenne de football, Akoï ...