Home / Actualité / Politique / Un journaliste guinéen adresse une lettre ouverte au Président Alpha Condé : ‘’Partez, c’est fini’’

Un journaliste guinéen adresse une lettre ouverte au Président Alpha Condé : ‘’Partez, c’est fini’’

Monsieur le Président, je vous écris en marge de cette année qui s’en va et l’arrivée de celle qui s’annonce avec beaucoup d’incertitudes pour l’avenir de notre pays, la Guinée. J’ai eu la chance d’être parmi les acteurs de la société civile qui ont initié la mise en place du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC).

Je suis un jeune guinéen, je n’ai pas encore mes trente ans, mais j’ai foi en l’avenir de notre pays. Je crois fermement que seule la génération à laquelle j’appartiens pourra sauver ce pays du chaos dans lequel vous plongez le peuple martyr de Guinée.

Monsieur le président,

Les époques ont changé, les mentalités aussi ! Je ne vous écris pas pour me plaindre, mais pour vous rappeler que cette situation que je vis aujourd’hui est bien celle de beaucoup de nos compatriotes. Beaucoup de guinéens ont compris aujourd’hui que le rêve de démocratie et d’alternance que vous avez vendu n’était qu’une arnaque pour accéder au pouvoir.

Monsieur le président,

Vos faits et gestes ne reflètent en rien les discours de l’opposant que vous avez été à l’époque de la lutte pour l’accession à la magistrature suprême du pays.

Nous nous posons sans cesse des questions, nous sommes constamment préoccupés par votre manière de gouverner et nous nous demandons quel avenir pour ce pays, que vous dites aimer.

Ce n’est pas si étonnant que la majorité des guinéens manifestent leur ras-le-bol, puisque cette majorité tire le diable par la queue depuis près de dix ans maintenant.

Monsieur le président,

Qu’avez vous concrètement fait pour les pauvres citoyens que nous sommes pour espérer un autre mandat à la tête de ce pays ? Construire des routes, des hôpitaux, des écoles, des usines? Quoi Monsieur le président ? Quel a été l’impact de votre gouvernance sur les jeunes et femmes pour lesquelles vous dites avoir dédié votre second et dernier mandat ?

Où va notre argent ? Que faites-vous de nos richesses ? Quelles sont les villes que vous avez électrifiées depuis votre avènement au pouvoir ? Combien de ménages ont aujourd’hui de l’eau potable ? Combien d’emplois pour les jeunes ont-ils été créés ? Répondez avec franchise à ces questions que nous nous posons tous aujourd’hui. A défaut de cela, partez juste, car c’est fini!

Monsieur le Président,

Même si vous peignez un bilan élogieux de votre part, moi je crois fermement que vous avez été une déception totale pour toute cette jeunesse africaine. D’ailleurs, l’artiste ivoirien Tiken Jah Fakoly est l’illustration parfaite de cette déception générale.

L’opposant que vous avez été nous a parlé alternance comme une valeur fondamentale pour la démocratie de notre pays et aujourd’hui vous ne voulez en entendre parler. Quel paradoxe! Comment votre petit égo a pu avoir raison sur vos valeurs ? Vous devez comprendre que le président de la République que vous êtes aujourd’hui a trahi l’opposant que vous avez été.

Depuis, le 03 avril 2019, un grand nombre de Guinéens réuni au sein du Front National pour la défense de la Constitution (FNDC) porte l’aspiration profonde du peuple de Guinée. Ils ne cessent depuis quelques mois à vous rappeler votre serment, à vous interpeller sur les préoccupations du peuple.

Au lieu d’être à notre écoute, votre gouvernement s’est rendu coupable de la mort de plus de vingt-cinq (25) jeunes guinéens dont l’âge varie entre 14 à 32 ans. Vous ne pouviez pas tombés plus bas en une fin de mandat qui aurait pu se passer autrement, si vous avez été ce président proche du peuple, comme vous vous surnommez.

Depuis votre accession au pouvoir, plus d’une centaine de guinéens ont été lâchement assassinés, des journalistes tués, certains disparus, d’autres emprisonnés, la plupart bastonnés et humiliés, des radios ont été fermées. Aucune élection transparente organisée sous votre magistrature. Pire, le plus grand hold-up électoral de l’histoire devant caméra à Matoto s’est déroulé sous votre présidence
Monsieur le président, ce que vous vous apprêtez à commettre est un crime constitutionnel. Briguer sa propre succession en 2020 en révisant la constitution, qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels dans notre pays est un crime.

Monsieur le Président,

Le souverain peuple de Guinée, demeure vigilant. Tout ce qu’il vous demande, c’est d’organiser des élections transparentes et de passer la main. Aujourd’hui, vous n’avez plus le choix que de vous soumettre à la volonté du souverain peuple de Guinée. Votre mandat est terminé, c’est le moment d’aller paisiblement avant qu’il ne soit trop tard, car je vous garantis une chose : rien ne sera plus comme avant.

Monsieur le Président,

Le 21 décembre 2020, votre second mandat prendra fin. En tant que citoyen guinéen, je vous demande d’organiser maintenant, dès le début de l’année 2020 des élections couplées, libres et transparentes. Que cette alternance soit la chose magnifique que vous avez offert au peuple de Guinée et par laquelle nous allons nous souvenir de vous.

Vous avez trahi vos compagnons de lutte, vous avez trahi toutes les personnes qui ont cru à votre combat d’opposant. Cerise sur le gâteau, vous avez trahi votre serment vis-à-vis du peuple de Guinée.

Pardon allez-vous-en, le peuple dit #Amoulanfé , #2020UnAutre .

Monsieur le Président,

Pour terminer, je vous souhaite bonne année et que Dieu vous sauve d’un destin à la Compaoré !

Abdoulaye Oumou SOW

Journaliste–Blogueur

Secrétaire Général de l’Association des Blogueurs de Guinée

abdoulayeoumous@gmail.com

Ceci pourrait vous interesser

Syli national/Matches amicaux: Didier Six dresse la liste des 23 joueurs convoqués…

Le sélectionneur guinéen, Didier Six a publié samedi, en marge d’une conférence de presse, la ...